Quels sont les conséquences de la sortie du Royaume-Uni de l’UE

Email this to someoneTweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on Google+0Share on LinkedIn0

 

Les premiers facteurs sont les conséquences politiques et économiques de Brexit Une crise gouvernementale sera évidemment produit au Royaume-Uni par rapport le vote de jeudi à quitter l’UE était. Tel que la démission de David Cameron la Premier ministre et chef du Parti conservateur. Et c’est vrai qu’après CAMERON un nouveau gouvernement conservateur, nettement plus anti-UE est susceptible de le remplacer.

shutterstock_130660901-GEDBLog-Study-BREXIT

Si le Royaume-Uni quitte l’UE l’impact dépendra de la nouvelle relation entre le Royaume-Uni et l’UE. Nous considérons cinq modèles. Ceux aux extrêmes en matière de proximité de l’Union européenne sont peu probables.

Le modèle norvégien, impliquant l’adhésion à l’espace économique européen, ne donnerait pas au Royaume-Uni la flexibilité politique nécessaire pour justifier Brexit. En revanche, un modèle beaucoup plus souple dans laquelle le Royaume-Uni négocie avec l’UE sur une base de la nation la plus favorisée serait donné de la flexibilité, mais sérieusement compromettre le commerce et l’investissement.

Les modèles les plus probables sont soit une série de style suisse des accords bilatéraux régissant l’accès à des secteurs spécifiques du marché unique ou d’un ALE complet. Soit nécessiteraient de longues négociations, suivie par des compromis et encore imposés des coûts importants. Un manque de clarté sur ce qui remplacerait adhésion à l’UE est une des raisons pour lesquelles le chemin vers Brexit-et au-delà-would être long et incertain, compte dix ans ou plus.

L’impact de Brexit à travers les canaux de commerce et d’investissement serait la plus sévère au Royaume-Uni. Divergence réglementaire augmenterait au fil du temps, ce qui affecte les volumes d’échanges et de réduire l’attractivité du Royaume-Uni pour l’investissement. Cela aurait des répercussions sur les entreprises européennes investies ou commerciales dans le Royaume-Uni et les chaînes d’approvisionnement impliquant des entreprises du Royaume-Uni, mais l’ampleur dépend de la Brexit modèle spécifique et est impossible à prédire.

Le reste de l’UE serait également ressentir l’impact à travers plusieurs autres canaux. L’UE perdrait, un membre de la libéralisation influente, modifier l’équilibre du pouvoir au sein du Conseil européen. Il serait devenu plus difficile de bloquer les mesures antilibérales. En outre, il y aurait probablement une nouvelle dynamique de réglementation avec le Royaume-Uni en dehors de l’UE. Le Royaume-Uni peut chercher à saper l’UE sur les normes ayant un impact sur l’environnement des affaires; mais à son tour, peut créer une concurrence réglementaire saine en faisant pression sur l’UE de l’extérieur pour être plus libéral dans ses politiques.
Il y a peu de chances de Londres être délogé comme centre financier international de premier plan de l’Europe. Ceci est soutenu par des avantages inhérents et un vaste réseau de services financiers et professionnels qui sont difficiles à reproduire. Cependant, les réglementations européennes existantes rendraient plus difficile pour Londres pour servir les marchés européens, en particulier (mais pas seulement) pour la banque de détail et le commerce euro.

Certaines entreprises seraient susceptibles de se déplacer vers les centres financiers de la zone euro ou perdre à l’Europe. Concours de prendre cette affaire serait du gaspillage. Bien qu’un ou un centre puissent finalement bénéficier, les entreprises et les ménages à travers l’Union européenne porteraient le coup en matière de frais plus élevé et les produits les plus pauvres.

BREXITUn référendum sur Brexitis maintenant certain. Bien que le résultat soit loin d’être une fatalité, un vote pour la Grande-Bretagne à quitter l’UE est très possible.L’impact de Brexit sur les entreprises britanniques, l’économie britannique et plus larges intérêts britanniques serait sévère et ressenti à travers de multiples canaux.

Tant le chemin d’accès et le point final, en matière de la nouvelle relation entre le Royaume-Uni et le reste de l’UE, seraient incertains, aggravant les coûts pour le Royaume-Uni.L’impact direct sur le reste de l’UE serait également important. Les exportations, la chaîne d’approvisionnement, l’investissement et la politique intérêts de nombreuses grandes entreprises seraient lésés, mais peut-être le plus grand effet sera sur le coût du financement en Europe, qui est susceptible d’augmenter.

Brexit aurait un impact politique plus large sur l’Union européenne, à la fois en perturbant les dynamiques politiques internes et en raison du risques de contagion politique si la «preuve de concept» de quitter l’UE encourage les forces de désintégration dans d’autres États membres. L’Europe perdrait aussi l’estime et de l’influence dans le monde entier.Les États membres seraient affectés de différentes manières et à différents degrés.

Ce sera très probablement une influence façons dont les États sont prêts à engager et à accueillir le Royaume-Uni lors de la négociation avant le référendum.

Tous les États membres seraient toutefois ressentir l’impact de Brexit, à la fois politiquement et économiquement.

Alireza

Etudiant en Master Commerce-électronique
Assistant au département Développement des Ressources chez Vaincre la Mucoviscidose

Email this to someoneTweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on Google+0Share on LinkedIn0

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *