Les bénéfices environnementaux de l’utilisation de l’Open Data

Un sujet de préoccupation croissante est le gaz à effet de serre et l’impact global du changement climatique. Les gouvernements sont à la recherche de nouvelles façons de réduire les effets toxiques, par exemple, les émissions de CO2 et l’amélioration de la gestion des déchets. L’Open Data peut être utile pour réduire les effets négatifs en fournissant plus de perspicacité dans les domaines spécifiques où ces problèmes causent le plus de risques liés à la santé et permettent d’agir sur eux.

environmental-protection-326923_960_720

La pollution de l’air
La qualité de l’air est un sujet important où les données ouvertes peuvent avoir un impact majeur. En France, notamment, la qualité de l’air mérite de plus en plus d’attention. Le coût annuel de la pollution de l’air est estimé à 101,3 milliards d’euros selon un rapport intitulé « La pollution de l’air, le coût de l’inaction » du Sénat français apparu en 2015. L’étude prend également en compte les dommages à la santé causés par la pollution, mais aussi son impact sur les bâtiments remis à neuf, les écosystèmes et l’agriculture. Les particules fines et l’ozone causent entre 42.000 et 45.000 décès prématurés en France par an.

Une application axée sur la qualité de l’air est appelée Plume Labs. Elle suit les niveaux de pollution par heure dans soixante villes du monde, y compris dix villes en France, quatre villes en Belgique et quatre villes au Royaume-Uni. La qualité de l’air est affichée en utilisant un nombre d’index. Ainsi, tout nombre au-dessus de 100 est considéré comme « nocif ». Le start-up utilise les données mises en public par différents organismes engagés dans une politique de données ouvertes, par exemple Airparif à Paris.

En Bulgarie, un site web intitulé RE:CYCLE a été créé avec une liste des sites de recyclage. Le projet a été poussé par la méfiance des citoyens quant au fait de savoir si leurs déchets ont été effectivement recyclé. Le site affiche les sites de recyclage sur une carte. Ces sites peuvent ensuite être filtrés en sélectionnant le type de place (point de dépôt, réseau de vente, …) ou le type de matériau (papier, métaux ferreux sans fer, des batteries, stalko, …).

Le site finlandais Päästöt.fi montre les émissions industrielles dans tous les pays de l’UE ainsi qu’en Islande, en Norvège, en Serbie et en Suisse. Le site montre le niveau des émissions sur une carte, sur la base du registre européen des rejets polluants (E-PRTR). Il fournit également aux citoyens la possibilité de comparer les régions pour les aider dans la décision de travailler ou de vivre dans une région.

L’économie d’énergie
Les ménages peuvent également bénéficier de l’Open Data, en évaluant leur énergie de consommation. La sensibilisation se fait lorsque la consommation d’énergie de tous les ménages est montrée et les comparaisons peuvent être faites entre les ménages égaux en termes de nombre de membres de la famille et leur consommation d’énergie spécifique. Les gens qui utilisent plus d’énergie que la moyenne des ménages comparables sont inciter à diminuer leur consommation d’énergie et donc aussi à économiser de l’argent sur leurs factures. Cela vaut non seulement pour les individus, mais aussi pour les organisations et le secteur public.

Au Danemark, Husets Web fournit des calculs intelligents de mesures d’économie d’énergie qui peuvent aider les propriétaires individuels à économiser de l’énergie et de l’argent. La calculatrice utilise des informations sur l’architecture danoise du bâtiment, 200 ans de statistiques de construction, et des informations sur les systèmes de chauffage. Ces informations sont combinées avec des données sur la propriété spécifique qui est établie à partir des bases de données publiques. De plus, le propriétaire peut ajouter ses propres données relatives à la propriété et la consommation d’énergie réelle. Le calculateur produit un rapport de l’énergie individuelle qui fournit un aperçu des améliorations énergétiques.

 

photo

Etudiant en Master II Droit de l’économie numérique, je suis intéressé par les tendances actuelles du numérique et par l’impact que celles-ci ont sur le monde juridique, notamment du point de vue de la propriété intellectuelle.

LinkedIn-couleur twitter

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.