Le marché du luxe en Chine et les ventes en lignes

Email this to someoneTweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on Google+0Share on LinkedIn0

La Chine, un pays en développement qui compte plus de 1 367 820 000 habitant, et dont un grand nombre de personnes vivent en dessous du seuil de pauvreté. La question qui se pose : Qui achète les produits de luxe en Chine ?

consommatrice-luxe-chinoise

http://www.marketing-chine.com/

La Chine est devenue la première puissance économique : avec un taux de croissance  annuel de  son produit  intérieur  brut supérieur  à 10 %,  son marché est énorme et le marché des produits de luxe reste le plus dynamique et le plus prometteur  du monde.

 

Les Chinois sont aujourd’hui les premiers clients sur le marché mondial du luxe. Les consommateurs chinois sont prêts  à dépenser leur argent surtout pour  les produits de qualité qui durent,  le niveau de service, l’exclusivité, des marques réellement traditionnelles.

Les produits de luxe ayant pour particularité de répondre non à des besoins universels, mais à des désirs socioculturels. Comme dans tout marché en développement, le  taux de croissance impressionnant résulte  surtout de  l’avènement de la nouvelle classe moyenne  qui constitue la cliente prioritaire pour les marques de luxe.

 

En Chine, la catégorie du prêt-à-porter de luxe pour les deux sexes femmes et hommes,  comprend toutes les marques de mode sélectives. Ce qui fait évidemment partie de ce monde, et qui est très important dans ce géant asiatique c’est le segment joaillerie et montres de luxe, les parfums et cosmétiques  et les accessoires de mode, et compris les spiritueux, champagnes et vins.

L’achat  et la consommation des biens de luxe se fait sur les deux marché intérieur/chinois et extérieur /à l’étranger : « 75% du chiffre d’affaires du luxe avec les Chinois se réalise hors de Chine », soulève Erwan Rambourg, analyste spécialiste du secteur du luxe chez HSBC. Pour lui, cette orientation des Chinois est due au stress lié au rythme de vie en Chine. Ce dernier a un  impact plus fort sur eux qui les pousse à éviter d’acheter du luxe sur place.

 

Les consommateurs de biens de luxe chinois accolent certains pays à certains produits de luxe. Par exemple la Suisse est le premier pays connu pour les montres, la France est associée aux cosmétiques, parfums, vêtements de luxe et alcool, et l’Allemagne est associée aux voitures haut de gamme.

 

En effet, le montant moyen du panier  dépensé par les consommateurs chinois pour leur dernier achat  luxe en ligne s’élève à 216 euros en 2015, sachant qu’un consommateur de luxe sur deux réalise la moitié de ses achats en ligne. En 2020, le e-commerce devrait participer à 50% du chiffre d’affaire luxe en Chine.

Pour ce qui est de la motivation des chinois à acheter les produits de luxe, elle revient à plusieurs raisons : Les consommateurs sont sensibles aux offres promotionnelles, font plus attention aux prix. Cependant, un vaste choix de produits, la possibilité d’acheter des produits exclusifs et uniques et ainsi  l’ergonomie du site web font partie des motivations clés à l’achat. Cependant, plus de 51 % des acheteurs en ligne le font car ils ont confiance en l’origine européenne ou américaine des produits. Ce sont surtout les consommateurs qui habitent  hors des grandes villes où l’on trouve les marques de luxe qui profitent du e-commerce.

 

Le consommateur chinois est de plus en plus connecté. La vente en ligne et sur mobile constitue un relais de croissance à la fois attractif auprès des nouveaux consommateurs, et à coût réduit par rapport à l’ouverture de boutiques physiques.

 

L’étude KPMG confirme que les consommateurs chinois sont à la recherche de produits d’exception et dépensent de plus en plus d’argent en ligne, sur les deux appareils  PC et mobile. Les réseaux sociaux les blogs locaux ont un  pouvoir d’influence énorme et croissant sur les décisions d’achat des biens de luxe: les consommateurs chinois suivent les leaders d’opinion sur Weibo, sur WeChat et  sur différents blogs. Ces derniers  participent à améliorer la notoriété des marques de luxe, mais se révèlent par contre peu utiles en termes de vente.

 

akila

FEDILA Akila, étudiante en Master 2 Gestion et Droit de l’économie numérique parcours Commerce Electronique à l’université de Strasbourg

A propos de Akila Fedila

FEDILA Akila, étudiante en Master 2 Gestion et Droit de l'économie numérique parcours Commerce Electronique à l'université de Strasbourg

Email this to someoneTweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on Google+0Share on LinkedIn0

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *