L’aléa moral : Pourquoi les attentats vont tuer ITELE et BFMTV

Email this to someoneTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Share on LinkedIn

Le monde des affaires n’aime pas la morale. Leurs stratégies peuvent être comparées avec celle d’Apple. Les deux chaînes d’informations françaises se sont aperçues durant les attentats de janvier et de novembre 2015, qu’elles devaient assumer certains risques moraux. Les deux chaînes d’information ont dû changer leur modèle pour les attentats de Paris face aux critiques venant des victimes, du C.S.A. et des experts. Ces critiques ont eu pour résultat d’instaurer une censure pour certaines informations et privilégient la parole des experts plutôt que le direct. Maintenant, ces chaînes avaient pris un engagement moral avec le public, celui d’être au cœur de l’actualité.

L’aléa moral, c’est quoi ?
L’aléa moral est donc une situation ou un agent économique va gagner de l’argent avec un bien ou un service donc les effets sur la société ne sont pas uniquement positifs. Aujourd’hui, l’aléa moral peut-être ; écologique, Total, Areva ; religieuse en France, lorsque Quick a mis en place un restaurant halal ; économique lorsqu’une institution financière va provoquer une crise pour gagner de l’argent ; l’optimisation fiscale, un cabinet juridique qui retire un profit de ces conseils fiscaux pour échapper à l’impôt ; une chaîne de télévision, a l’occasion des événements dramatiques pour augmenter son audience en couvrant l’actualité.
Définition de l’aléa morale Adam Smith : un effet pervers qui peut apparaître dans certaines situations de risque, dans une relation entre deux agents ou deux parties contractantes : c’est plus précisément la perspective qu’un agent, isolé d’un risque, se comporte différemment que s’il était totalement lui-même exposé au risque. Ainsi l’actionnaire d’une entreprise n’est pas justiciable si l’entreprise qu’il a financée et dont il tire ensuite bénéfice à un comportement non éthique, voire franchement dommageable pour l’économie, la société ou l’environnement. (Wikipédia)

BFM logo

logo de BFM TV

L’identité des chaines d’information continues en France

Au début, les chaînes d’information ont pris deux stratégies différentes. BFM TV avait pris celle de grandes chaînes information internationale comme CNN, BBC World, etc… Elle donnait la priorité au direct. Elle scénarisait l’information comme un film. Elle voulait être la première à diffuser l’information. Elle voulait être la première sur la chaîne sur les grands événements.

Logo Itélévision

Logo Itélévision

I télé avait adopté une stratégie différente, qui était tournée vers l’expertise, plutôt de l’information brute. ITELE a renoncé à cette stratégie, car l’écart entre les chaînes n’ont pas cessé d’augmenter depuis le lancement de BFM avec le développement de la télévision numérique terrestre (TNT). Alors que l’ITELE était créée en BFM.

L’impact des attentats de Paris sur la stratégie éditorial des chaines d’infos
Les attentats de janvier 2015 ont permis aux chaînes d’information de réaliser leur meilleure audience historique, car elles couvraient les informations en direct sur le modèle de grandes chaînes information internationale. Les audiences du 10 janvier 2015, BFM a enregistré 13,3 % de part de marché et de son ITELE a eu 4,2 % de part de marché, alors que normalement leur part de marché se situe entre 2 % et 0,9 %. Les audiences du 14 novembre 2015 étaient de 9,8 % pour BFM et 4,6 % pour ITELE. Pourquoi BFM a baissé par l’ITELE. Il était très intéressant de voir comment BFM TV a présenté le témoignage de Sonia, comment Bourdin, « C’est elle, qui est venue nous proposer l’interview ».
L’aléa moral et le complexe amygdalien notre goût pour la perversité

Dessin de l'enterrement

Dessin de l’enterrement

L’homme est fasciné par le scandale et l’effroi. En effet, nous avons au cœur de notre cerveau, une zone que l’on appelle communément l’amygdale, ou plus précisément le complexe amygdalien. Cette zone est un détecteur de danger. Elle nous permet, pour assurer notre survie, de nous focaliser sur la peur. Elle explique pourquoi une mauvaise nouvelle a dix fois plus d’impact qu’une bonne nouvelle. Les chaînes d’information ont proposé de combler cette envie.

 

 

Le changement positionnement BFM et ITELE
Les deux chaînes d’information en continues ont accepté l’aléa moral, dès leurs créations. Elles acceptaient de gagner des parts de marché avec de grands événements. Ces événements ne sont pas nécessairement les plus heureuses pour nous. L’aléa moral va intervenir dans l’acceptation d’une société va être d’accepter de présenter ces événements en directe même s’il peut être moralement condamnable.
Les deux chaînes d’information ont préféré couvrir les attentats sur le modèle de grands journaux télévisés. Les attentats ont été racontés par les experts. Il faut ajouter le changement de la stratégie des chaînes historiques qui ne veulent pas laisser la place à BFM et ITELE. BFM TV est devenu la première chaîne d’information en France, parce qu’elle avait fait un choix éditorial, celui de placer le téléspectateur au cœur du direct. Elle avait laissé l’analyse à des chaînes généralistes traditionnelles comme France 5 « C dans l’air ». Ils ne viennent pas pour une analyse faite par des experts dont on doute de leurs qualités professionnelles. Ils sont souvent employées des sociétés de sécurité. Nous pouvons prendre le cas d’expert Christophe Naudin avec ses chiffres bidon sur le nombre d’usurpation d’identité en France. Ils viennent pour la dernière information.
Qui portera le dernier coût : un risque important d’Uberisation

Web TV collaborative

Web TV collaborative

La nature déteste le vide, donc si les chaînes d’information en continues ne veulent ou ne peuvent remplir le complexe amygdalien. D’autres acteurs vont leur faire à sa place. Dans cinq à dix ans, ces deux chaînes pourraient subir une Uberisation. La démocratisation des nouvelles technologies de l’information et de la communication permettrait à un Pure Player d’émerger très rapidement dans le secteur. Aujourd’hui, la défiance envers les journalistes et la montée en puissance de l’économie collaborative pourraient permettre une télévision de rencontrer très rapidement son public. Mais le seul avantage des médias traditionnels résidait dans leur réputation. Ce frein pourrait être éliminé, si comme l’économie collaborative, elle repose sur la contribution des témoins sur place et vérifier par des journalistes professionnelles. Elle pourra émerger sur le modèle de Wikipédia.

Chaines d’infos voila l’aléa moral, Apple vs FBI

Aujourd’hui, la bataille entre Apple et le FBI sur le déchiffrement de l’Iphone d’un des tueurs de San Bernardino illustre bien le concept de l’aléa moral, car si Apple coopère publiquement avec le FBI. Elle va porter un coût à l’image de la marque. Alors qu’en refusant, elle donne l’impression de couvrir des terroristes. L’aléa moral de l’Apple sur sa solution de chiffrement réside dans sa capacité à assurer aux consommateurs une protection de leurs données personnelles donc, une collaboration publique avec le FBI engendrait une perte de crédibilité de la marque. Il n’y a pas de place pour le bien et le mal dans le monde économie.

 

Louchard GUILLAUME 

Étudiant en Master 2 Gestion et Droit de l’économie de l’Économie Numérique de l’université  de  Strasbourg. Je fais l’ensemble du parcours AES (administration économique et sociale) licence et master 1 à l’Université de Strasbourg. Je suis passionné les NTIC, le marketing. Je suis créatif et passionné par l’entrepreneuriat.

 

Email this to someoneTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Share on LinkedIn

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *