Loi renseignement: la fin de la démocratie‬

Le projet loi sur le renseignement intérieur représenté par Manuel Valls qui va permettre l’ écoute de 66 millions de français a été examiné en procédure accélérée à l’assemblée nationale au nom de la lutte contre le terrorisme.

2048x1536-fit_manuel-valls-premier-ministre-19-mars-2015-paris

Il propose de légaliser les dispositifs secrets jusque là illégaux, comme la pose de micros et de balises de géolocalisation pratique, une plateforme nationale de cryptage et de décryptement.

 

Une plateforme complexe et occulte de recueil massif et de stockage des données personnelles étrangères des français dans lequel les services de renseignement français, puisqu’à l’heure dite en France aucun contrôle autre que celui de leur propre hiérarchie.

 

L’interception du contenu de vos conversations sera désormais un jeu d’enfant grâce aux numéros d’identification de votre carte de Sim. Une technologie espionne peut lire les SMS et envoyer à votre place ou bloquer tout appels entrants.

 

Cet outil permettrait entre autres l’écoute des prisonniers par l’administration pénitentiaire. Les Etats-Unis et la Grande-Bretagne utilisent déjà cette technologie. Par ailleurs le secret des correspondances ne sera plus qu’un souvenir.

 

L’arsenal juridique qui autorise ou non une écoute a été écartée au profit du premier ministre seul à décider. Une commission nationale de contrôle des techniques de renseignement censée contrôler les demandes d’écoute sera mise en place mais elle n’aura qu’un rôle consultatif et son indépendance n’est pas garanti.

Pour ceux qui arriveraient à découvrir qu’ils sont sous surveillance les recours prévus sont fortement limités.

De plus, aucun organisme indépendant de contrôle des services spéciaux n’est envisagé. C’est donc une carte blanche donnée aux services de renseignement pour piétiner le respect de la vie privée. La surveillance des mouvements sociaux en sera facilitée au détriment des droits civils et politiques les plus élémentaires tandis que la presse sera limitée dans sa fonction de contre-pouvoir puisque la confidentialité des sources des journalistes ne sera plus garantie. A chaque attentat commis en France nous avions dû renier nos libertés fondamentales. Nous ne saurions plus en démocratie pendant longtemps.

 

thumb_IMG_3348_1024Mona GHAFOURI ESFAHANI. Etudiante en M2 Commerce Electronique, je suis intéressée  par les nouvelles technologies de l’information et de la communication. Je suis aussi passionnée par l’informatique notamment la sécurité de base de données.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.