Microsoft Edge: un navigateur 2.0?

Le 29 juillet 2015, Microsoft lançait son nouvel OS (Operating System, ou système d’exploitation): Windows 10. Accueilli par de nombreuses critiques, visant principalement le caractère intrusif de ses paramètres par défaut en matière de données personnelles, il s’inscrit pourtant dans le dernier mouvement à la mode: celui de la personnalisation intelligente – ou presque – de l’OS en fonction des goûts et préférences de son utilisateur. Dans ce cadre, Windows 10 fait peau neuve et propose de nouvelles fonctionnalités, dont Microsoft Edge, remplaçant aussi attendu qu’inespéré d’Internet Explorer.

 

Une aventure innovante

 

L’aventure commençait bien: Microsoft acceptait enfin l’échec d’Internet Explorer, dont la lenteur, les bugs récurrents et les failles de sécurité en avaient fait le vilain petit canard du Web. Fort de cet aveu plein d’humilité, Microsoft lançait une série de tests pour développer un nouveau navigateur en exclusivité pour son nouvel OS. Menés pendant les builds bêta de Windows 10, ces tests avaient pris le nom de Project Spartan puis, à la sortie du système d’exploitation, de Microsoft Edge.

Non seulement Internet Explorer tient presque du passé, ce qui, en soi, est une raison suffisante de sabrer le champagne mais, de plus, les tests de performance de Microsoft Edge sont loin d’être mauvais. Rapidité, fluidité et modernité: maîtres mots de ce nouveau navigateur. Le site venturebeat publiait un benchmark en septembre 2015, comparant Firefox, Chrome et Edge. Les résultats, sans appel, montraient qu’Edge est loin d’être en reste par rapport à ses deux concurrents: sur 8 scripts java testés, le navigateur se hissait même à la première place pour trois d’entre eux, et l’article concluait que si aucun de ces trois navigateurs ne se démarque réellement de ses deux compères, leurs solides performances respectives en font des outils de choix pour l’internaute. Félicitations Edge, et bienvenue dans la cour des grands!

Non content de rattraper son retard en terme de performances, Edge permet d’accéder à un large panel de fonctionnalités novatrices. Orientées vers la simplification et l’organisation de la lecture des pages web, ces innovations sont une touche aussi agréable qu’intéressante pour l’internaute. Microsoft mise sur une personnalisation ergonomique de la navigation: pouvoir annoter une page web, la partager aisément sur ordinateur, tablette ou smartphone, pouvoir enregistrer des contenus web pour les consulter hors connexion est désormais à la portée de tous dans la plus grande simplicité. C’est beau.

 

Des problèmes persistants

 

Même si ces fonctionnalités sont un plus indéniable, elles relèvent de l’anecdotique, comparées à une évolution annoncée mais toujours indisponible, ô combien attendue, plus de six mois après la sortie d’Edge: les extensions. A terme, Edge devrait rattraper ce retard et prendre en charge les extensions, petits add-ons servant à personnaliser son navigateur, à l’exemple d’Adblock, extension libre pour Firefox, Google Chrome et Opera chargée de filtrer le contenu des pages web afin d’en bloquer certains éléments, notamment les bannières de publicité. Microsoft souhaite ainsi rejoindre la stratégie initiée par ses concurrents. Le catalogue d’extensions devrait être mis en place à la prochaine mise à jour de Windows 10: paroles et promesses, patience et prudence.

L’absence d’extension n’est pas le seul sujet qui fâche: selon Ashish Singh, chercheur en sécurité, le mode In Private d’Edge ne serait pas si privé que ça. Le mode de navigation privé permet de surfer sur internet sans que l’historique n’enregistre les données de navigation ou que les téléchargements, mots de passes, cookies et autres soient immédiatement effacés. Seul le fournisseur d’accès internet conserve en théorie une trace de l’activité de l’internaute, sa machine ne conservant en mémoire, dans l’historique, aucune trace de son passage. Nul besoin d’expliciter l’importance du bon fonctionnement de ce mode en matière de protection de la vie privée.

Malheureusement, force est de constater que Microsoft Edge ne garantit pas ce droit à la vie privée. Non seulement les données générées par la navigation privée sont enregistrées sur le disque dur de l’ordinateur dans le fichier “WebCache” et figurent dans un tableau du fichier “container_n”, qui conserve l’historique de navigation normal, mais ces données sont en plus directement taguées d’un “8”, rendant la reconstitution de l’historique soit-disant caché bien plus aisée.

 

 

Microsoft Edge est un produit prometteur. Sorti il y a à peine quelques mois, ses bonnes performances et les innovations ergonomiques qu’il met en oeuvre ont su convaincre. Cependant, le navigateur perd d’ors et déjà des utilisateurs. Cruel revers du destin! Gageons que Microsoft relèvera le défi, et suffisamment vite pour qu’Edge ne devienne pas, après quelques mois d’existence à peine, le nouvel Internet Explorer.

 

Thomas Tritsch

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.