Ces sites web qui vous permettent d’arrondir vos fins de mois : le Jobbing

Email this to someoneTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Share on LinkedIn

Qui n’a jamais vu s’afficher une fenêtre pop-up sur son écran, proposant de gagner des millions d’euros sur Internet en quelques clics? Votre instinct, flairant l’arnaque, vous a dit de fermer cette maudite fenêtre au plus vite, et il a sûrement eu raison ! Eh oui, Internet regorge de ce type « d’attrape nigauds » (pour rester poli)… mais cela ne veut pas forcément dire qu’il n’existe aucun moyen sûr de se faire des petits sous sur la toile !

Dans cette série de deux articles, je vous présenterai quelques exemples éprouvés et approuvés de sites/plateformes qui vous proposent d’effectuer des tâches contre rémunération.

 

Le Jobbing ?

L’idée de départ est simple : « Un site de Jobbing réuni des offres et des demandes de petits jobs occasionnels entre particuliers ». Comment ça ce n’est pas clair ?! Tenez, prenons un exemple :

Désiré est un jeune actif de 32 ans à qui la vie a souri sur tous les plans : un emploi de cadre, un salaire confortable, une petite maison, un petit chien… Mais il y a un hic ! Son travail lui prend beaucoup de temps et d’énergie.

Thomas et Adeline sont étudiants, et ils ne seraient pas contre mettre un peu de beurre dans les épinards. Ça tombe bien : ils ont du temps. Et c’est tout ce dont ils ont besoin pour faire du jobbing !

Tous trois se rendent sur une plateforme de jobbing et remarquent que les besoins de Désiré correspondent exactement aux aptitudes de Thomas et Adeline. Quelques jours plus tard, les deux étudiants se retrouvent à tondre la pelouse et nettoyer les fenêtres de Désiré qui peut enfin savourer un moment de détente.

Une fois le travail réalisé, Désiré n’a plus qu’à payer les jeunes gens, directement en ligne !

Et voilà, tout le monde est content ! Génial n’est-ce pas ? Mais pourquoi n’y a-t-on pas pensé avant bon sang ? En fait si, on y a pensé, on pourrait même dire que c’est le plus vieux job du monde, n’en déplaise à l’expression consacrée. En effet, depuis toujours, les homos sapiens se sollicitent les uns les autres pour se rendre de petits services (demander aux voisins de la grotte d’à côté s’ils peuvent garder les enfants pendant qu’on va chasser le mammouth, ou encore à la tante qui habite au bout de la rue de venir faire le ménage de temps en temps pendant qu’on part à la conquête de l’Ouest…). Cependant, ce type de services restait limité à un cercle restreint de personnes considérées dignes de confiance et se rendaient gratuitement ou contre un « je te revaudrai ça ! »

 

Ces services sont en train de prendre une toute autre dimension sous l’impulsion de deux facteurs principaux :

  • Un contexte de crise économique depuis 2008 : il a obligé la population à repenser son mode de consommation et à rechercher de nouvelles sources de revenus. Les consommateurs sont progressivement devenus de véritables « chasseurs de bons plans ». En effet, le recours aux pratiques collaboratives poursuit d’abord une motivation financière pour 67% des français, selon une étude du Crédoc2 (Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie).
  • Une explosion des usages de l’Internet avec l’émergence du Web 2.0 : il a permis d’offrir davantage d’interactions entre les usagers d’Internet, notamment grâce à des sites de deuxième génération dynamiques, simples d’utilisation et sécurisés.

 

Le précurseur fut en 2008 l’américain Taskrabbit, qui compte aujourd’hui environ deux millions d’utilisateurs.

 

taskrabbithome

Source : DesignIndaba.com

 

Le phénomène n’a pas épargné la France : Frizbiz, MonAbeille, Jemepropose, Stootie, FamiHéro etc. proposent déjà des plateformes spécialisées dans la mise en relation de particuliers pour la réalisation de services divers. Paradoxalement l’acteur du web générant le plus de services entre particuliers en France n’est autre que… Le Bon Coin. Ce dernier a en effet profité de sa renommée pour proposer parmi ses catégories un onglet « services ». On pourra tout de même déplorer que son interface simpliste soit bien moins adaptée au jobbing que les plateformes spécialisées citées plus haut.

 

Finalement pour vous, un seul embarras, celui du choix ! D’autant plus que les avantages du jobbing sont évidents :

– Il permet aux demandeurs de réaliser des économies

– Il offre un complément de revenu aux personnes qui offrent leur service, en toute flexibilité

– Il crée du lien social autour d’une communauté d’utilisateurs !

Tous ces avantages, et cette simplicité… je vous vois venir : « elle est où l’arnaque ? »

 

Est-ce bien légal tout ça ?

Il est vrai qu’on peut vite se demander si le « jobbing » n’est pas qu’un anglicisme de plus pour camoufler du travail dissimulé nouvelle génération. En effet, il n’existe pour l’instant aucun texte législatif ou règlementaire fixant un cadre légal pour le jobbing. Cela devrait vite changer puisque la Commission Européenne aurait déjà émis des lignes directrices à l’attention des législateurs nationaux, enjoignant ceux-ci de légiférer dans le courant 2016 pour offrir un statut propre au « jobbeurs ».

Attention ! Ça ne veut pas dire que c’est le Far West pour le moment ! En effet, les sites de jobbing s’efforcent tous de vous rappeler, noir sur blanc dans leurs conditions générales d’utilisation, que tout revenu issu du jobbing doit faire l’objet d’une déclaration fiscale au titre des « revenus complémentaires ».

Mise à part cette obligation, vous pouvez jobber comme il vous plait ! Les Jobbeurs doivent cependant rester conscients que pour l’instant les tâches effectuées n’offrent pas de droit à un arrêt maladie, une indemnité chômage ou une cotisation retraite. Cela reste donc très précaire et en ce sens, le jobbing semble uniquement destiné à un usage occasionnel, pour arrondir les fins de mois.

Cela dit, vous pouvez tout à fait en vivre en enchainant les missions. Dans ce cas, il est conseillé de se placer sous le statut d’autoentrepreneur, qui permet d’assurer une protection sociale. D’autant plus que le gouvernement a prévu de tripler le plafond des revenus pouvant être perçus sous ce statut!

 

Eh bien voilà, vous n’avez plus d’excuse pour vous plaindre de ne manger que des pâtes à la fin du mois !

 

AntIMGP9119oine CONAN

Etudiant en M2 Droit de l’Economie Numérique à l’Université de Strasbourg.
Passionné par les nouvelles technologies et les problématiques qu’elles engendrent, notamment celles touchant à la propriété intellectuelle et aux données personnelles. Je porte également un vif intérêt à l’actualité web et vidéoludique.
Curieux de tout, je m’intéresse à l’art sous toutes ses formes et pratique la photographie en amateur.

Voir le profil LinkedIn de Antoine Conan Voir le profil de Antoine Conan

Email this to someoneTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Share on LinkedIn

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. marie dit :

    Quelques exemples de sites de jobbing : Allovoisins – pwiic.com – frizbizz – smiile – stootie – Il y en a des centaines. Difficile de s’y retrouver 😊

  2. Jérôme dit :

    Un autre site de jobbing spécialement conçu pour les seniors : http://www.emploisenior.net.
    Cette plateforme gratuite pour les seniors et employeurs particuliers permet de mettre en contact les employeurs particuliers et professionnels avec les seniors et retraités en recherche d’une mission ou d’un complément de revenu. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *