L’enjeu des banques conventionnelles à l’ère du numérique

Face à la désertion massive des guichets traditionnels par les clients, certains spécialistes évoquent même l’idée de la disparition programmée des banques classiques.

http://500000etmoi.fr/banque-en-ligne-amelioration-des-relations-client.html

http://500000etmoi.fr/banque-en-ligne-amelioration-des-relations-client.html

Plus de monopole

Après des siècles de maitrise totale du marché financier, on dénombre aujourd’hui des centaines de start-ups qui viennent rogner le cœur du métier des banques classiques et qui se démarquent par des services innovants proposés aux clients dans le domaine du conseil ou de la gestion du patrimoine.

Les start-ups en question proposent leurs services principalement en ligne en raison  du nombre important des personnes connectées et de l’évolution de l’économie mondiale sous le thème du digital.

Un effet de masse

http://astratech.fr

http://astratech.fr

Selon Benoit Legrand, président d’ING France, la crise économique de 2008 n’a pas été sans conséquence sur la relation de confiance entre les clients et leurs banques. Un constat révèle aussi qu’aujourd’hui en France, seulement 17% des français ne se déplacent plus qu’une seule fois par mois au guichet pour des problèmes administratifs face à 62 % en 2007.

Mais encore l’arrivée massive des moyens numériques a également donné à tous les outils efficaces pour gérer ses finances.

Se digitaliser : un choix ou une nécessité ?

Selon une récente étude de Médiamétrie, ils sont 5,5 millions de français à se connecter quotidiennement sur leurs smartphones et tablettes et consultent leurs comptes bancaires en moyenne pendant 7 minutes. Une statistique suffisante pour conclure qu’une banque qui ne propose pas une plateforme numérique est hors marché dans les 5 années qui suivent.

http://www.lerevenu.com/les-meilleures-banques-en-ligne

http://www.lerevenu.com/les-meilleures-banques-en-ligne

Aujourd’hui l’offre bancaire 2.0 est assez concurrentielle avec l’arrivée sur le marché d’ING Direct : pionnière et leader mondiale depuis prés de 20 ans, suivie progressivement par plusieurs banques comme Boursorama « Filiale de la Société Générale » en 2005, Monabanq en 2006 et Fortunéo en 2009.

La fidélisation des clients

Il ne suffit pas à la banque d’être là où sont ses clients, elle doit aussi leur offrir des services innovants à la hauteur de leurs attentes actuelles. Un client 2.0 est un client qui a besoin de liberté, d’autonomie, de réactivité, mais surtout de simplicité, il doit pouvoir accéder à son compte à n’importe quel moment afin d’effectuer des achats ou différentes transactions bancaires d’une façon rapide et sécurisée.

De ce fait , la plupart des banques font un travail de révision sur leurs modèles économiques et investissent des sommes considérables dans les nouvelles technologies afin d’adopter une image numérique mais aussi de proposer une large palette d’outils et services adaptés au profil du client 2.0.

 

20130415_070604

Anis REDJIMI
Étudiant en Master 2 : Gestion et Droit de l’économie numérique parcours commerce électronique  à l’Université de Strasbourg, évoluant dans le domaine du marketing à la base, j’ai appris à être à l’affut de l’information et à suivre la tendance du marché, ce dernier qui tend à se digitaliser, d’où mon vif intérêt pour le E-commerce et les technologies d’information et de communication.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.