Un avenir prometteur pour Watson, l’intelligence artificielle d’IBM

Email this to someoneTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Share on LinkedIn

Le projet Watson, qui a vu le jour il y a une dizaine d’années, est devenu l’un des sujets récurrents de la presse high-tech. En même temps, quoi de plus excitant que de suivre la progression de l’intelligence artificielle la plus aboutie jamais créée par l’Homme ?!

Retour sur les prouesses accomplies par le super-ordinateur d’IBM.

 

Une arrivée remarquée sur la scène publique

L’avez-vous remarqué ? Oui, l’intelligence artificielle s’immisce doucement mais sûrement dans vos vies. Même si elle reste basique, elle est déjà dans vos smartphones, et sera bientôt dans vos voitures intelligentes et autres smarts buildings.

La plus avancée d’entre elle est sans conteste celle de Watson. Ce programme a été conçu par l’entreprise IBM (qui en fait sa propre présentation ici) qui lui a donné ce nom en hommage à Thomas J. Watson, ancien membre emblématique de la firme.

Mais qu’est-ce qui différencie Watson des autres programmes d’intelligence artificielle ? Pour répondre à une requête, les autres programmes d’intelligence artificielle traduisent cette dernière en langage informatique, pour ensuite la confronter à des réponses programmées à l’avance. Watson, lui, est capable de comprendre une question en langue naturelle, et de rechercher la réponse la plus adéquate dans une base de données qui lui est fournie. De plus, Watson présente la particularité d’apprendre des interactions avec ses utilisateurs pour toujours plus d’exactitude dans la réponse : on parle à cet égard « d’intelligence cognitive ».

 

C’est ainsi, pour tester ses performances, que ses concepteurs l’on mit au défi de participer au très célèbre jeu télévisé Jeopardy ! En février 2011. Ce fut le premier coup d’éclat de ce dernier, qui triompha des deux joueurs les plus titrés du quizz de culture général, et ce sous les yeux ébahis de l’Amérique toute entière.

Cet exercice a permis à IBM de présenter au public la performance de son programme, capable de répondre à n’importe quelle question en moins de trois secondes, avec une marge d’erreur d’environ 3% ! Trois secondes, c’est en effet le temps qu’il faut à cet ordinateur pour trouver les bonnes informations dans une base de données équivalente à plusieurs milliers d’ouvrages.

Mais ce retentissant coup de communication n’était que le début des aventures de Watson. Ses créateurs se sont empressés de lui trouver des applications plus… productives.

 

Des applications innombrables…

Vous l’aurez compris, la fonctionnalité principale de Watson est le traitement et l’analyse de données. Celle-ci a permis à IBM de lui offrir une multitude d’applications dans des domaines variés, et parfois surprenants ! La machine a ainsi pu mettre ses capacités au service de la gastronomie en analysant les propriétés gustatives et nutritionnelles de milliers d’aliments pour créer des associations inédites : il a ainsi proposé un cheesecake de citrouille ou encore un cocktail alliant bourbon et jus de pomme agrémenté d’un morceau de… poulet grillé ! Pour les plus téméraires, ces recettes improbables sont réunies dans un ouvrage, Cognitive Cooking with Chef Watson.

 

Mais le domaine d’application le plus mis en avant par IBM reste celui de la santé : Relié aux machines d’examen et de soin utilisées par les hôpitaux, Watson collecte et analyse des milliers de données sur les patients. Le croisement de ces données permet de déterminer les contours du problème et de proposer le traitement le mieux adapté à chaque patient.

Bien entendu, le médecin garde le dernier mot, mais force est de constater que Watson constitue un formidable outil d’aide à la prise de décision. Dans une période où les moyens humains dans le secteur de la santé ne cessent de diminuer, il permet non seulement au médecin de gagner du temps pour appréhender les besoins du patient, mais également de prendre en compte des paramètres qui pourraient lui échapper.

Quatorze cliniques et instituts américains spécialisés dans le traitement des cancers ont déjà attesté de leur confiance en ce programme en signant un accord avec IBM en mai 2015. Il faut donc s’attendre à voir de plus en plus d’établissements s’équiper du dispositif dans les années à venir.

 

S’adressant plus largement à l’ensemble des professionnels (finance, marketing…), IBM a déjà mis à disposition le service Watson Analytics. Celui-ci utilise l’intelligence cognitive de Watson pour croiser les données propres à un agent économique avec d’autres données pouvant porter par exemple sur les informations relatives à un marché donné. Ce service apparait d’autant plus attractif pour les professionnels depuis l’accord avec Twitter récemment conclu par IBM. En effet, Watson pourra analyser librement les données, publications et commentaires postés sur le site de microblogging. Cela permettra par exemple à une entreprise d’adapter sa stratégie de webmarketing en fonction des tendances reflétées par Twitter.

Il ne s’agit bien sûr que de quelques exemples… de nouvelles applications sont constamment ajoutées, utilisant de nouvelles possibilités telles que la reconnaissance faciale et vocale, ou encore l’Internet des objets.

 

Quel avenir pour Watson ?

L’utilisation de Watson reste aujourd’hui le domaine réservé des entreprises. Cependant, au regard le schéma d’évolution qu’a suivi le PC autrefois, il ne serait pas étonnant qu’une intelligence artificielle telle que Watson finisse par trouver sa place dans nos foyers. Il pourrait même atterrir dans nos poches, et ainsi faire d’une réalité le scénario qui a valu un Oscar à Spike Jonze pour son film Her.

Mais il faudra commencer par convaincre les sceptiques, et toutes les personnes pour qui l’idée d’une intelligence artificielle reste anxiogène… En effet, des personnalités de renom ont déjà mis en garde l’humanité face à sa création : C’est le cas du scientifique Stephen Hawkins qui a émis de vives inquiétudes à ce sujet. Sans compter que les œuvres de science-fiction présentant une intelligence artificielle comme un danger guettant l’humanité sont légion et risquent d’imprimer une image très négative dans l’imaginaire collectif. On peut ainsi faire référence au dernier Iron Man, à iRobot, à la trilogie des Matrix et bien d’autres qui, finalement, ne font que reprendre les inquiétudes exprimées par Isaac Asimov dans son œuvre.

Reste donc à voir quelle stratégie de séduction IBM mettra en place dans les années à venir. Il semblerait que nous en seront les témoins privilégiés, le PDG d’IBM France ayant récemment annoncé vouloir rendre Watson accessible à tous en France. En effet, le service sera utilisable dans la langue de Molière dès 2016.

 

AntIMGP9119oine CONAN

Etudiant en M2 Droit de l’Economie Numérique à l’Université de Strasbourg.
Passionné par les nouvelles technologies et les problématiques qu’elles engendrent, notamment celles touchant à la propriété intellectuelle et aux données personnelles. Je porte également un vif intérêt à l’actualité web et vidéoludique.
Curieux de tout, je m’intéresse à l’art sous toutes ses formes et pratique la photographie en amateur.

Voir le profil LinkedIn de Antoine Conan Voir le profil de Antoine Conan

Email this to someoneTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Share on LinkedIn

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *