L’Éducation : un rôle important dans l’évolution du numérique en Turquie

L’évolution du numérique se confirme en Turquie. Depuis les années 2010, le gouvernement soutient des investissements publics mais aussi privés notamment via les appels d’offres. L’éducation est sensible à ce domaine puisque c’est elle qui est à la base de nombreux investissements financiers pour initier les jeunes du pays dès le plus jeune âge, à l’évolution du « monde connecté ».

Turkey_class_08

Le rapport de la Commission Européenne

Suite à un rapport comparatif publié par la Commission Européenne en 2012 relatif aux conditions d’éducation et à l’état d’avancement des nouvelles technologies entre la Turquie et l’Union européenne, le gouvernement turc a décidé d’investir dans le domaine de l’Éducation, dans le but d’obtenir des résultats positifs pour la publication du prochain rapport de la Commission Européenne relatif aux conditions d’éducations.

Quelles sont alors les motivations qui se cachent derrière ce choix ? Selon l’ancien 1er ministre turc, aujourd’hui chef de l’Etat, Monsieur Recep Tayyip Erdogan, « l’Éducation est la base de la réussite ».

En effet, le domaine éducatif était marqué par une insuffisance informatique. Par exemple, d’après le rapport de 2012, dans le domaine universitaire, en Turquie, il y avait en moyenne, 1 ordinateur pour 23 élèves contre 5 pour l’Europe. (source: Turkey country profile).

L’éducation : la cible de l’évolution

En plus de développer les ressources financières, le gouvernement turc met en place une stratégie pour faire entrer le numérique dans l’école, et ce, en se focalisant sur les conditions d’éducation dès l’enseignement primaire et l’enseignement secondaire. La distribution de tablettes aux enseignants et la mise en place de tableaux interactifs dans les classes est un des piliers de ce projet ambitieux.

Par la suite, le président Recep Tayyip Erdogan a annoncé le 6 juillet 2015 qu’il allait se lancer en personne, dans la création d’un programme sur les nouvelles technologies. Ce « défi » a pour but d’encourager l’activité des jeunes développeurs turcs, mais aussi d’améliorer la pratique du code informatique chez les jeunes.

L’objectif est clair, réunir les meilleurs praticiens dans ce domaine, puis amener les grandes entreprises concernées par le domaine à investir sur le territoire. La preuve en est, le Président lui-même va organiser à travers tout le pays des festivals autour de la technologie pour les étudiants.

Mais quelle est réellement la finalité de ces investissements ? Le but étant d’éviter la dépendance des jeunes aux réseaux sociaux et de favoriser leur pratique informatique et leur intérêt pour les nouvelles technologies.

Le président a été récompensé, puisque des études montrent en 2015, que les moyens mis en place par le gouvernement turc sont supérieurs à ceux de l’Union Européenne notamment le nombre d’université à la portée des étudiants pour améliorer les conditions d’éducation et ainsi d’éviter des amphithéâtres surpeuplés (plus de 109 contre 75 en France par exemple).

Aujourd’hui, le gouvernement turc met en avant toutes les ressources humaines et financières nécessaires et montre que les nouvelles technologies s’implantent et interagissent parfaitement avec la société.

AKP 2014

(parlement turc, AKP 2014)

La clé du succès du gouvernement turc ? Une pensée sur le long terme avec la coordination des investissements publics et privés en faveur des infrastructures et de la formation.

Mehmet Caglar

Étudiant en Master 2 Droit de l’Économie Numérique de l’université de Strasbourg. Je m’intéresse fortement aux nouvelles technologies ainsi qu’au système juridique qui l’encadre notamment contre les cybermenaces. Ayant un atout multiculturel, j’aimerai me consacrer par la suite aux relations que pourrait entreprendre l’Union Européenne et la Turquie dans le domaine juridique et technique des NTIC.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.