« Miroir, miroir qui est en bonne santé ? »

La méchante sorcière de blanche neige avait inventé le miroir à reconnaissance faciale. Une entreprise italienne vient de dépasser cette prouesse en créant le Wize Mirror. Ce miroir à reconnaissance faciale est capable d’analyser le visage, les traits ou encore l’apparence de la personne pour en déduire son état de santé.

5251899373_963eaf8b16_o

Depuis plus des 20 ans le développement des objets connectés connaît une croissance exponentielle. Le domaine le plus marquant et l’un des plus riches reste celui du bien-être. La recrudescence de bracelets connectés, de capteurs d’efforts, de ceintures de mesures ou encore de cardiofréquencemètres rend ce secteur attractif tant en terme d’argent que d’innovation.

Il y a peu, une entreprise italienne a donné le jour à un miroir capable d’analyser le reflet de la personne se plaçant devant. Plus précisément, cette glace équipée de capteurs puissants sera en mesure de quantifier une prise de poids, de définir si l’utilisateur a bu ou fumé ou s’il présente des signes évidents de maladies. L’outil sera donc en mesure de fournir une note selon l’état de santé général de l’utilisateur. Un tel outil facilite un suivi de surface quotidien pour les gens désireux de connaître leur état de santé quotidiennement.

Malgré le côté attractif de l’outil, il reste sujet à controverse. En effet le miroir est capable d’aboutir à un diagnostic quasi-médical. En d’autre terme et selon le droit européen, il représente un objet connecté traitant des données à caractère médicale. Il devrait donc être soumis à la législation propre à ce type d’outils, conséquemment il serait soumis au sévère régime de protection des données sensibles et ne pourrait être déployé chez le consommateur qu’a des coûts faramineux.

Hélas un tel ustensile de santé représente pour personnes diabétiques, souffrant de stress ou les personnes âgées un palliatif à l’appel fréquent du médecin. Pragmatiquement le miroir serait amorti rapidement et favoriserai les soins de proximité.

Il ne convient plus que d’attendre la finalisation de la réalisation de ce formidable allié de la santé au quotidien et de voir à quelle législation il sera soumis.

MSbyNBMaxime SALAUN
Étudiant en M2 Droit des nouvelles technologies à l’Université de Strasbourg, je suis en attente perpétuelle des innovations aux services de l’Humain et contribuant à l’évolution raisonnée

logo Twitter couleurLinkedIn couleur Logo mail couleur

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.