Opera software est à vendre ?

A la suite de la publication des résultats trimestriels de l’activité d’Opera Software, qui n’a pas confirmé ses prévisions de revenu, le conseil d’administration de la société norvégienne a déclaré qu’il envisageait la possibilité de sa vente.

opera

Ce même conseil a nommé ABG Sundal Collier et Morgan Stanley International comme conseillers pour un examen stratégique de l’entreprise qui devrait être achevé d’ici la fin de l’année.

Opera a signalé que ces mesures ont été prises en raison de « certaines parties qui ont montré l’intérêt dans l’acquisition de la société ».

Le nom des parties intéressées n’a pas été dévoilé.

Le chiffre d’affaire attendu pour l’activité de l’année 2015 ne dépassera pas les 600-618 millions des dollars, alors que le prévisionnel était de 630-650 mlns.

Cette diminution est principalement due aux mauvaises estimations pour les revenus de la plateforme vidéo mobile Non-Instant Play dont l’opérateur est une branche d’Opéra- AdColony.

La société Opera Software qui existe depuis deux décennies est connue surtout grâce à son navigateur Opera Browser, mais aujourd’hui 2/3 du CA lui parviennent par la publicité mobile.

Aujourd’hui les chiffres des utilisateurs d’Opera sur les ordinateurs portables et les appareils mobiles est insignifiant et en constante diminution.

Ça fait un bon moment que Opéra browser est classé dernier parmi les cinq principaux navigateurs, bien qu’il reste encore populaire auprès des propriétaires de smartphones.

Une étude faite par la société Net Applications montre que le nombre d’utilisateurs du navigateur représente 1.3 %, environ quatre fois moins que l’utilisation de Safari d’Apple qui est le classé le 4ème et 39 fois moins que le nombre d’utilisateurs d’Internet Explorer qui est en tête de la liste.

Pour ceux qu’est de l’utilisation sur les appareils mobiles, Opera mini qui était autre fois le favori n’obtient qu’une part de 6% alors que ses concurrents Safari pour iOS et Google Chrome pour Android obtiennent respectivement 42.4% et 33.2%

Si on regarde quelle « partie » serait intéressée par l’achat d’Opera, on peut supposer que cela sera peut-être YAHOO : la compagnie cherche à étendre ses activités mobiles et a conclu ces dernières temps différentes transaction à vue d’augmenter sa part de marché liée à la recherche – l’année dernière aux États-Unis Yahoo est devenu le moteur de recherche par défaut dans Firefox, à la place de Google. Un autre fait qui indique que ça pourrait être Yahoo est l’acquisition réalisée par ce dernier en 2013 du navigateur Rockmelt pour une somme de 60 à 70 millions de dollars (selon la presse)

Quant à Opera elle-même, elle a récemment acheté la société brésilienne Bernobi, un opérateur de service qui pour un forfait hebdomadaire donne accès aux applications mobiles payantes.

 

Lilia BORDEI étudiante en M2 Commerce Électronique, intéressé par le WEB et les NTIC

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.