Une base des données 3D de monuments historiques dans des zones de conflit

Les derniers mois, l’État islamique a démontré une nouvelle tactique dans le cadre de la pratique du terrorisme. A part les exécutions, la torture, les djihadistes accentuent leur colère contre le patrimoine mondial en détruisant des monuments historiques qui ont survécu depuis de siècles. Un exemple assez récent est la destruction d’une grande partie du temple de Baal à Palmyra. Qu’est-ce que le numérique pourra faire pour une telle situation?

palmyra

Un assemblage de chercheurs, d’historiens et d’archéologues propose un plan de sauvetage du patrimoine menacé dans de zones de conflits qui se basera sur la technologie 3D. Le programme s’appelle «Million Image Database Program» et c’est organisé par l’Institut numérique d’Archéologie de l’Université d’ Oxford, l’UNESCO, l’Institut des études des anciens civilisations de l’Université de New York ainsi que d’ingénieurs de l’Université d’Oxford.

Les scientifiques considèrent que comme la destruction des monuments dans les pays tels que la Syrie est presque inévitable, ce qui peut être fait est la réalisation d’une archive numérique avec des donnés en 3D. Une telle sauvegarde numérique permettra la reconstruction de ces monuments dans l’avenir puisque les photos 3D contiendront des informations très détaillés des monuments. Il faut noter que la technologie et les logiciels seront open source.

Le but de porteurs du projet est de recueillir un million d’images 3D jusqu’à la fin de l’année 2016. Le moyen pour réaliser une telle sauvegarde sera un appareil photo 3D qui ne coutera pas cher et qui permettra aux utilisateurs que n’ont pas de l’expérience dans la photographie de prendre des photos de haute qualité pour enrichir la base de données des monuments (un manuel avec des instructions complets sera offert aux utilisateurs).

La caméra du projet permettra l’envoie automatique des images sur des serveurs dédiés et sécurisés. L’objectif c’est la distribution de 5.000 cameras dans de zones des conflits où il y a des monuments historiques.

La mise en place d’une telle technologie approche l’exemple de Google Street View où Google a pu cartographier des endroits très éloignées de la terre.

Le facteur le plus difficile pour réalisation efficace des objectifs du programme «Million Image Database Program» est évidement le danger de mort que les bénévoles (ΟNG, archéologues, citoyens) devront confronter…

20141102_1250173Evangelia ZVE
E-Marketing/Gestion des projets digitaux.
LinkedIn couleur

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.