Patrimoine audiovisuel français : vers 100% de numérisation

Dès 1999, l’Institut National de l’Audiovisuel français (INA) lança un grand “plan de sauvegarde et de numérisation” (PSN). La tâche est énorme : assurer la transition numérique de près d’un millions et demi d’heures d’archives audiovisuelles, radiophoniques et cinématographiques en voie de détérioration définitive vers un format numérique plus pérenne.

Ainsi en 2018, la France sera le premier pays à avoir numérisé 100% de sa mémoire audiovisuelle.

Sans titre1

Ces archives remontant aux années 40 pour les fonds radio et 50 pour la télévision publique souffrent de leurs supports anciens sujets à une altération qui tend à devenir définitive. La tâche est titanesque : 1 300 000 heures de fonds à numériser dont 830 000 sont susceptibles d’altération irréversible.

Fin 2011, un bilan partiel prometteur témoigne de 67 % des 114 200 heures de films numérisés, 63% des fonds radio soit 278 249 heures de flux audio, 100 % des vidéos 3/4 de pouce, 1 pouce et 2 pouces numérisées et 300 628 heures d’archives télévisuelles numérisées.

Grâce à l’avancée des technologies du numérique, l’objectif de 100% de sauvegarde de ce patrimoine qui semblait raisonnablement irréalisable en 1999 (où l’on prévoyait une sauvegarde à hauteur de 65-75%) apparaît désormais comme atteignable. Prévu pour 2015, ce sera en 2018 que cet objectif exhaustif sera atteint.

En parallèle de ces activités de sauvegarde de notre patrimoine, il est intéressant de noter que désormais l’INA procède à la captation (ce qui inclut numérisation et dépôt légal) en direct de plus de 120 chaînes de télévision et de radio française. L’institution procède en outre à la sauvegarde du patrimoine publicitaire français ; la “culture pub” retraçant en effet les images de notre société de consommation dans chacune de ses époques.

En plus de lutter de lutter contre la détérioration physiques des supports archivés, le but second de ce vaste plan est également de promouvoir l’exploitation multimédia des contenus. Dès 2006, ces “fonds” sont ouverts au grand public et mettent à disposition des extraits d’archives devenues “historiques” au grand public. Le reste des archives audiovisuelles sont mises à disposition de scientifiques dûment accrédités à des fins de recherches. Grâce à un partenariat avec YouTube, d’autres extraits de notre histoire audiovisuelle sont mis à dispositions des internautes via des chaînes thématiques.

N’est pas négligé par l’institution l’intérêt purement commercial de la numérisation. Fort de ce millions d’heures de programmes, les producteurs professionnels ont accès à une partie de cette base d’archive pour la réalisation de documentaires, et ce sans se déplacer dorénavant jusqu’au archives physiques.

Sans titre2

L’INA c’est quoi ?

Un Établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC) créé en 1975 suite à une réforme de l’audiovisuel de 1974 et l’éclatement de l’ORTF. Ses missions principales: la conservation du patrimoine audiovisuel national – l’exploitation et la mise à disposition de ce patrimoine – l’accompagnement des évolutions du secteur audiovisuel à travers ses activités de recherche, production et formation. Pour cela l’INA dispose d’un budget d’environ 100 millions d’euros par an, financé principalement par la contribution à l’audiovisuel public.

Plus d’informations, cliquer ici.

 

Sans titre Jean Zamani – Etudiant en droit des Propriétés intellectuelles et  des NTIC, diplômé d’un Master en Droit des Affaires de l’Université de  Strasbourg, et certifié en terminologie juridique anglaise.

« Confiant en l’économie numérique, mêlant bases de notre droit contractuel, lois nouvelles et  créations ex nihilo du juge ; j’ai fait le choix de m’investir dans un droit positif en constante création.  D’une génération dite “geek” mais pas tout à fait “Y”, ce droit hybride et très 2.0″ me passionne. Ce  droit où Œuvres de l’Esprit et Nouvelles Technologies se voient dorénavant contraintes de danser dans  la même Cour. »

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This website stores some user agent data. These data are used to provide a more personalized experience and to track your whereabouts around our website in compliance with the European General Data Protection Regulation. If you decide to opt-out of any future tracking, a cookie will be set up in your browser to remember this choice for one year. I Agree, Deny
676