La batterie domestique de Tesla, une nouvelle approche de la consommation électrique

 

Jeudi 30 avril 2015, Elon Musk, dirigeant de Tesla et Space X, annonçait un nouveau produit : une batterie domestique lithium-ion. Après les voitures de luxe électriques, les fusées et les trains supersoniques, l’entreprise Californienne et son dirigeant conserve un esprit ambitieux en espérant bouleverser le marché de l’énergie.

image article - batterie domestique

Un produit destiné aux ménages et aux entreprises

Le produit se décline en deux modèles : le premier, baptisé « Powerwall », est réservé à un usage domestique. La batterie possède des dimensions raisonnables (1 m 30 de haut, 86 cm de large et 18 cm de profondeur) et peu aisément être fixée au mur dans un garage ou un sous-sol. Le produit possède une capacité de stockage de 7 kWh et est vendu à environ 3000 dollars. Tesla indique que plusieurs batteries domestiques pourront être installées ensemble afin de disposer d’une capacité de stockage maximale de 90 kWh.

La seconde batterie, dénommée « Powerpack » est vendue aux entreprises pour la somme de 3500 dollars. Sa capacité de stockage est cependant plus importante (10 kWh).

Les clients ont le choix entre l’achat et la location de la batterie.

 

Une nouvelle manière de consommer l’électricité

La batterie est prévue pour stocker l’énergie dans deux types de situations.

Tout d’abord elle peut être chargée via le réseau électrique. Le principal avantage ici consiste à pouvoir stocker l’électricité pendant la nuit ou les « heures creuses », lorsque le prix est peu élevé, et consommer l’énergie accumulée pendant le jour. Les économies en facture d’électricité seraient alors non-négligeables.

La batterie pourrait également prendre le relais en cas de panne de courant (ce qui est visiblement assez fréquent aux Etats-Unis) mais aussi soulager le réseau électrique.

Le produit est également conçu pour stocker l’énergie dégagée par les panneaux solaires. La batterie pourrait ainsi être utilisée dans des régions en développement, où les réseaux électriques sont souvent peu fiables, voir inexistants, mais où l’énergie solaire est abondante. La batterie favorise donc une certaine indépendance énergétique mais aussi l’environnement en raison de son côté écologique.

 

Des capacités cependant insuffisantes pour atteindre l’autogestion

Cependant la batterie de Tesla ne peut satisfaire à elle seule les besoins électriques d’un logement de façon durable et autonome, nos différents appareils ménagers sont en effet gourmands en énergie : a titre d’exemple une machine à laver consomme environ 2,3 kWh à chaque usage, un réfrigérateur 0,2 kWh par heure.

L’essentiel reste de réduire les dépenses énergétiques, de soulager le réseau électrique et de consommer de manière plus écologique.

Il est à noter que des marques comme General Electric, Samsung, LG ou Total proposent également sur ce genre de produits mais Tesla veut révolutionner le secteur en proposant des prix beaucoup plus agressifs et profite de la médiatisation importante à laquelle l’entreprise est soumise.

 

Le succès semble cependant être au rendez-vous : 38000 réservations ont déjà été effectuées dont 2800 de la part d’entreprises. Tesla pourrait donc bien réussir son pari.

 

Thomas Bertrand

Thomas Bertrand

Etudiant en Master 2 Droit de l’économie numérique. Optimiste concernant les nouvelles technologies et attaché au droit du numérique.

 

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.