Google un opérateur téléphonique : Bonne ou mauvaise nouvelle ?

Google vient de dévoiler son projet de pénétrer le monde des opérateurs mobiles, aux Etats unis dans un premier temps. Avec des promesses d’un réseau toujours plus performant et de tarifs ultra-compétitifs.

google-76522_640

Ce mercredi 23 avril 2015, le géant Google a révélé en détails sur son blog son projet baptisé « Project FI ». Ce projet ambitieux vise à investir le marché des opérateurs téléphoniques. Les volontés affichées de Google sont claires et alléchantes : Proposer le réseau le plus rapide possible à un prix ultra-compétitif, transformant la firme en opérateur de téléphonie numérique.

Pour ce faire, la firme de Mountain View a passé un accord avec les opérateurs mobiles américains Sprint et T-Mobile car elle ne compte pas investir dans l’immédiat dans les infrastructures de réseaux. L’utilisateur de FI sera connecté au réseau le plus rapide disponible où qu’il se trouve. Si une borne WIFI est disponible, le terminal se servira de celle-ci. Mais lorsque l’appelant s’éloigne, même au cours d’une conversation téléphonique, le terminal changera de réseau (pour un réseau mobile par exemple) sans même que la conversation n’en souffre. Ce projet augmente donc les connectivités et la fluidité, pour que le client puisse accéder aux services Google rapidement et sans accrocs où qu’il se trouve.

Côté prix, FI semble se positionner sur le bas de la fourchette des opérateurs. L’abonnement mensuel s’élèverait à un prix fixe de 20 dollars par mois pour le service de base (appels vocaux, SMS, connexion wifi, et couverture internationale dans plus de 120 pays), auquel s’ajoutent des forfaits de données personnalisables, de 10 dollars par tranche d’un gigaoctet. La firme promet le remboursement des datas non utilisées !

Pour le moment, le service n’est accessible que sur invitation mais aussi uniquement sur les smartphone Google, les Nexus 6. Il sera accessible par la suite depuis des ordinateurs, des tablettes et d’autres smartphones (l’ensemble des terminaux pouvant supporter Hangouts, l’application d’appel et texte de Google) afin que l’utilisateur puisse jouir d’une connexion sur l’ensemble de ses appareils. Cela peut s’avérer pratique en cas d’oubli de son téléphone !

fashion-hand-person-4970

La question de la « Google dépendance » peut cependant se poser. Après avoir monopolisé le marché des navigateurs, dominer celui des OS pour mobile avec Android, commencer la fabrication de terminaux (Nexus), le géant américain s’attaque aux infrastructures de télécommunication. Une intégration verticale qui fait froid dans le dos à l’heure où le géant d’internet voit les procès multipliés à son encontre en Europe pour abus de position dominante.

A terme, le but de Google pourrait être de contrôler l’ensemble de la chaine, allant des logiciels jusqu’au réseau d’infrastructure. Google pourrait grâce à cela rendre la vie de ses utilisateurs plus facile, plus connectée aussi. Mais cela lui permettrait également d’être dans une situation de monopole extrêmement inquiétante, et surtout de collecter un maximum de données de ses utilisateurs, l’or de ce début de siècle.

Pour plus d’informations, cliquer ici.

Julien FERMAUD
Promotion 2015 du master 2 Commerce électronique de Strasbourg.
Suite à une licence AES à l’université de Montpellier, il s’est orienté vers une carrière tournée vers le commerce en intégrant le M1 Marketing/Vente de Montpellier
Afin de se donner toutes les chances de réussir et de concilier sa passion et son orientation professionnelle, il entre en 2014 en Master 2 commerce électronique, qui est pour lui le secteur porteur par excellence. Son but à terme étant de créer sa propre entreprise de e-commerce

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.