Quand le diagnostic médical rencontre le Big Data

Être en bonne santé est une préoccupation pour nous tous. Or, le Big Data utilisé dans le domaine de la santé peut présenter de nombreux avantages qui seraient notamment bénéfiques pour améliorer notre qualité de vie, qui dépend en premier lieu de notre santé.

image (1)(1)

Les bénéfices pour le patient

De nos jours, nous vivons dans un monde qui devient de plus en plus connecté. Les objets connectés permettent de relever plusieurs facteurs liés à notre santé, comme le rythme cardiaque, les calories brûlées, la tension etc. Ces données peuvent faire l’objet d’une transmission à notre médecin traitant afin, par exemple, d’établir un diagnostic complet en vue de proposer un traitement beaucoup plus personnalisé et adapté qu’il ne peut l’être habituellement. La mise en place d’un tel dispositif devient plus pertinente dans les cas des maladies chroniques, puisque le patient nécessite une surveillance médicale constante et un ajustement des doses de médicaments.

Toutes ces données pourraient ensuite être intégrées dans le dossier médical personnalisé du patient qui l’accompagnerait tout au long de sa vie.

Les bénéfices pour les autres acteurs du domaine

La présentation ci-dessus est la présentation la plus simple et la plus personnalisée des bénéfices du Big Data quant au domaine de la santé. Toutefois, il y a de nombreux acteurs de celui-ci qui peuvent en bénéficier à condition que les données soient de haute qualité.

Les megadonnées peuvent tout d’abord contribuer à la maitrise des dépenses médicales, vu que les statistiques et le traitement des données analytiques peuvent offrir une vision thérapeutique plus globale, comme la prédiction des patients en risque de réadmission.

Ces données peuvent avoir des bénéfices pour la caisse d’assurance-maladie au niveau des remboursements, mais aussi pour identifier les fraudes, tandis que les assurances peuvent procéder à une forte personnalisation de leurs tarifs, basée sur l’état de santé du client.

Les bénéfices pour les chercheurs et les compagnies pharmaceutiques est indéniable, car ils peuvent utiliser ces données pour leurs recherches. De cette façon, les épidémies ou les pandémies s’identifierait de manière certaine et rapide, élément qui contribuerait à les endiguer plus facilement.

Cependant, nous ne devons pas oublier que malgré les aspects positifs du Big Data, nous sommes toujours face à une problématique relative à la collecte et au traitement de données personnelles, qui dans ce cas-là sont considérées comme sensibles.

anna plessaAnna Plessa Etudiante en Master 2 Droit de l’économie numérique, inspirée par la problématique des données personnelles, le droit du numérique, le e-commerce et l’innovation.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.