LiFi, l’outil de transmission des données de demain ?

Et si votre le lampe de chevet vous permettait de regarder votre série préféré sur votre tablette ? Ou encore si le fait de passer sous un lampadaire transmettait sur votre smartphone les promotions des commerçants proches : fiction totale ou futur proche ? La technologie LiFi laisse plutôt envisager la seconde option.

image article

Internet par la lumière

Le LiFi est un mode sans fil de transmission de données par l’utilisation d’un rayon lumineux.

Son fonctionnement est simple et reprend le principe du “morse optique”: une LED s’allume et s’éteint à très grande vitesse, jusqu’à 1 milliard de fois par seconde. Si une LED est allumée, elle transmet un bit 1, si elle est éteinte, un bit 0. L’enchaînement et la répétition de cette opération permet ainsi de créer une fréquence binaire.

L’opération reste cependant invisible pour l’œil humain.

Un routeur adapté alimente le système d’éclairage en courant et en données tandis qu’un décodeur LiFi inséré sur le terminal mobile permet de décrypter le signal lumineux avec une portée pouvant aller jusqu’à 10 mètres en intérieur et 50 en extérieur.

Le signal internet généré est bidirectionnel: les données reçues sur le terminal sont transmises par une lumière classique, cependant les données émises par le terminal cheminent via une lumière invisible à l’œil nu.

De nouvelles opportunités 

L’intérêt principal de cette technologie réside dans sa puissance: jusqu’à un gigabit pas seconde !

Le LiFi présente également l’avantage d’être composé d’ondes lumineuses qui, contrairement aux ondes électromagnétiques du WiFi, ne traversent pas le corps humain. Son utilisation serait donc préconisée dans les endroits “sensibles” tels que les hôpitaux ou les avions.

Le champ d’application est immense: l’un des principaux objectifs serait de passer à terme à “ un éclairage intelligent ” capable de nous transmettre en permanence des données lorsque nous marchons dans la rue, les éclairages publics ne sont cependant pas encore adaptés.

L’utilisation à l’intérieur des bâtiments est aussi envisagée: c’est dans ce domaine que travaille la société Oldecomm, start-up de Versailles crée en 2012, en proposant notamment l’introduction de cette technologie dans les musées et les magasins.

Les possibilités offertes sont nombreuses et laissent envisager un avenir rayonnant à cette technologie.

Sources:

Thomas Bertrand 

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Chen Célia dit :

    Bonjour

    Je voulais juste vous remercier d’avoir écrit cet article, cela m’a beaucoup aidé à finir mon devoir. Votre article est très limpide même pour une quatrième.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.