Bilan Maroc Numeric 2013

Email this to someoneTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Share on LinkedIn

Issu du programme Emergences, « Maroc Numéric 2013 » est une initiative stratégique du Royaume du Maroc dont l’objectif principal est de développer l’ensemble des technologies de l’information et de communication (TIC) en vue de faire du pays un acteur majeur  des TIC du continent africain, voire au niveau international à plus longue échéance.

Maroc-Numeric-2013-300x168

Pensé depuis plusieurs années maintenant, ce véritable projet de société, arrivé aujourd’hui à son terme, a permis au Maroc de mettre en œuvre d’importantes mutations relatives notamment au fonctionnement des services publics directement en contact avec les usagers, à la productivité des petites et moyennes entreprises, et surtout à l’efficacité de l’industrie des technologies de l’information et de la communication.

Grâce à cette modernisation technologique d’envergure, le Maroc a très vite pu et su se positionner dès 2012 comme la première destination francophone d’implantation de firmes multinationales, telles qu’IBM. La confiance dans le numérique et l’intégration croissante des technologies de l’information ont ainsi permis à l’Etat marocain de gagner 48 places sur l’indice des services en ligne en se positionnant en l’espace de deux ans à la 56e place. Et son ascension semble se poursuivre de manière toute aussi fulgurante pour les prochaines années.

Toutefois, au vue de l’évolution éclair du Royaume et des investissements conséquents que celui-ci y a consacrés, si les bénéfices de ce projet semblent être incontestables du point de vue des entreprises internationales, l’action publique cependant doit encore s’améliorer au niveau national. En effet, le développement des technologies de l’information doit davantage inclure et valoriser l’ensemble des services publics, entreprises et associations afin que ceux-ci gagnent en termes d’efficacité, de simplification, de gain de temps et de maîtrise budgétaire. A long terme, développer les services en ligne permettrait de pallier aux carences des modes de gestions administratives existants et de donner à l’ensemble des usagers une plus grande satisfaction.

Ainsi, de ces analyses, selon Jean-Michel Huet (Directeur associé BearingPoint, en charge du Maroc), plusieurs règles semblent se dessiner afin de répondre aux différentes problématiques dont les plus importantes sont les suivantes : adapter les services offerts aux attentes et à la maturité technologique des usagers, mettre en place des dispositifs permettant d’atteindre l’ensemble des populations, concevoir l’e-administration comme outil de simplification administrative, et enfin former et accompagner les agents aux nouveaux modes de travail.

Au-delà de ces lignes directrices, développer les TIC implique de nouveaux défis que devra relever le Maroc, dont en priorité le cloud computing, le big data et le haut débit afin de se positionner en tant qu’acteur majeur dans le domaine des TIC en Afrique.

 

Loukmane ABOUSSAID

Étudiant en Commerce électronique, passionné de l’univers du web et concerné par le reporting et la visualisation des données.

Email this to someoneTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Share on LinkedIn

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *