SAFE – réseau Internet sans surveillance

Email this to someoneTweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on Google+0Share on LinkedIn0

La Société écossaise MaidSafe a créé sa propre version d’Internet – le réseau SAFE. Il est résistant contre la surveillance par les organismes gouvernementaux et les attaques de pirates. Ce nouveau réseau utilise l’infrastructure existante du réseau mondial. Cependant, l’information n’est pas stockée sur des serveurs centralisés des grandes entreprises, mais sur les ordinateurs des utilisateurs.

Cet avantage a aussi un certain coût, car chaque membre du nouveau réseau Internet devra allouer une partie de l’espace de son disque dur pour stocker des informations cryptées. Des tiers ne peuvent pas obtenir les clés pour décrypter les informations, car elles sont stockées dans les ordinateurs de différents utilisateurs.

Lorsqu’un utilisateur enregistre des informations sur le nouveau réseau, les fichiers divisés en blocs et cryptés sont envoyés aléatoirement vers des ordinateurs à travers le monde. Les informaticiens de MaidSafe ont pris en compte le fait que de nombreux ordinateurs sont éteints pendant des longues périodes de la journée. Les fichiers envoyés sont triés par un système spécial qui fait quatre sauvegardes supplémentaires. Néanmoins, même les créateurs du réseau ne sont pas au courant où exactement l’information elle-même est stockée, parce qu’elle est envoyée de façon aléatoire.

L’absence d’un serveur central signifie qu’il est impossible d’organiser des attaques du type DDoS et il ne peut pas y avoir de la censure parce qu’ils n’utilisent pas de DNS. De plus, l’utilisation de la structure décentralisée par SAFE suggère que si plus d’utilisateurs se connectent au réseau, les sites Web vont être plus rapidement accessibles. Le réseau SAFE peut être utilisé aussi comme un mécanisme de vote électronique, parce qu’il est impossible de falsifier le vote en l’absence d’un serveur central.

Pour financer la création du réseau SAFE, les fondateurs de MaidSafe lancent leur propre devise électronique, le SafeCoin. Le projet a eu un tel succès que 10% du chiffre d’affaires total des SafeCoins a été vendu dans les cinq premières heures de son lancement. Cela a permis à l’entreprise de gagner une somme de l’ordre de 6 millions de dollars. Les 90% restants seront disponibles dans la version bêta que MaidSafe a prévue pour le mois de septembre 2014.

Venelina KONDEVA

 Etudiante en M2 Commerce électronique à l’Université de Strasbourg

Email this to someoneTweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on Google+0Share on LinkedIn0

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *