La technologie OLED va révolutionner le monde de l’éclairage et de l’affichage

Des diodes électroluminescentes organiques ou OLEDs sont des diodes qui utilisent des matières organiques pour créer de la lumière. Dans les années 1950, “André Bernanos” (physicien français) et son équipe découvrent l’électroluminescence. Quelques années plus tard, le physicien américain “Martin Pope” et son équipe élaborent des processus accordant aux semi-conducteurs organiques de mener des courants électriques et de transformer de l’électricité en lumière et réciproquement. Dans les années 1980, la société Eastman Kodak, y voyant une source de profit, charge le docteur Ching Wang de trouver un moyen de faire fonctionner des diodes organiques et, en 1987, la technologie OLED fut brevetée par Eastman Kodak.

Photo

Crédit photo: www.tomshardware.com

Les autres entreprises n’ont pas pu travailler sur cette technologie car elles n’avaient pas l’exclusivité. C’est à cause de cela que, de 1990 à 2010, la technologie OLED fut un peu mise de côté. Les entreprises comme Apple, Samsung, Sony préfèrent se focaliser sur des écrans moins onéreux (LCD, Plasma ou encore les écrans LED).

La grande différence par rapport à la LED (la diode électroluminescente) c’est que la lumière de l’OLED est régulière et d’une grande flexibilité de mise en œuvre, sur les cartes à puce par exemple. À l’avenir, on pourra peut-être acheter des OLEDs au mètre dans les magasins de bricolage pour en tapisser des surfaces vitrées. Pour l’instant, c’est une vue de l’esprit.

Depuis l’apparition des smartphones et des tablettes, la technologie OLED peut revenir au premier plan grâce notamment au géant coréen de l’industrie des technologies “Samsung” qui a sorti son premier smartphone AMOLED (technologie dérivée de l’OLED). Le Samsung Galaxy S en 2010 puis le S II en 2012. Samsung a aussi annoncé le lancement d’une nouvelle télévision rétractable d’une taille de 85 pouces, qui permet de modifier la position de l’écran et le plier dans n’importe quelle direction à l’aide de la télécommande. LG rentre également dans la concurrence de la fabrication des télévisions à écrans flexibles, mais plus petits avec un volume de 77 pouces qui repose sur la technologie OLED.

N’importe quel écran est formé de pixels (qui vient de l’anglais Picture Elément) qui sont eux-mêmes composés de trois sous pixels (diodes électroluminescentes) : un rouge, un vert et un bleu. Chaque diode contient un certain nombre de semi-conducteurs organiques. Ce matériau lui-même se compose de carbone, d’hydrogène et de quelques autres atomes, ces composants ne sont pas toxiques. En utilisant seulement ces trois couleurs, on peut obtenir, dans un premier temps 8 couleurs (rouge, vert, bleu, jaune, cyan, magenta, blanc, noir) et, dans un deuxième temps, en jouant sur l’intensité, on peut obtenir plus de 16 millions de couleurs ! L’OLED ne produit que la lumière pure, c’est-à-dire qu’elle n’a pas besoin de polarisateur pour “purifier” sa couleur, car chaque pixel est recouvert d’un filtre coloré.

La technologie OLED a beaucoup d’avantages par rapport au LCD, le LED et l’écran plasma. En voici quelques-uns : un excellent rendu des couleurs, un excellent contraste, une lumière très diffuse, finesse et flexibilité du support, temps de réponse (d’éclairage) très faible (0,1 milliseconde)… Néanmoins, elle possède aussi quelques inconvénients : le problème de base c’est la sensibilité des matériaux à la vapeur et à l’oxygène. C’est-à-dire si l’humidité de l’air s’infiltre dans une structure à OLED, la luminosité se met alors à baisser jusqu’à ce que l’OLED s’éteigne. De plus, leur durée de vie est faible et leur efficacité énergétique doit être améliorée. C’est une technologie très peu connue et très chère à produire, le bleu est très problématique (durée de vie très limitée, il a également besoin de plus d’intensité que le rouge ou le vert pour fonctionner)…

Il existe différents types d’écrans OLED comme les télévisions OLED (des écrans très chers et peu commercialisés), les écrans de lecteurs mp3-mp4 (très petits donc moins chers) et, dans le futur proche des lampes OLED, écrans flexibles, des écrans transparents… ce n’est encore qu’un rêve d’adolescent mais le monde change à une telle vitesse que nous ne savons même pas comment sera la technologie d’après-demain… En Allemagne, un prototype d’arrêt d’autobus basé sur la technologie OLED est en cours de réalisation. Les chercheurs ont pu mettre des horaires sur les affichages à OLED. Sur le toit de l’abribus des cellules solaires captent de façon autonome l’énergie solaire nécessaire. Donc, ils ont pu créer une combinaison de cellules solaires organiques et de système d’information assisté par la technologie OLED et, tout cela interagit grâce à l’électronique adéquate. Si personne n’attend à l’arrêt, l’abribus passe automatiquement au mode d’économie d’énergie. À l’arrivée du bus, des signaux lumineux s’allument. C’est bien ce type d’application qui fait de l’OLED la lumière de l’avenir, mais d’ici-là il faut encore l’améliorer.

Comme la technologie OLED est riche, il y a de nombreuses autres technologies dérivées, comme par exemple les écrans AMOLED de Samsung (avec une matrice active). Ou encore écrans PLED (écrans plats plus lumineux), PHOLED (écrans qui utilisent le principe de la phosphorescence)…

De plus en plus de grandes entreprises s’intéressent (enfin ?!) à cette technologie, comme par exemple LG, Samsung, Sony ou encore Apple. Comme les écrans OLED sont minces, ils peuvent être utilisés pour créer des affichages flexibles et même transparents (même si la “vision tête haute”  (images projetées sur le pare-brise)  existe déjà dans certaines voitures et dans les avions de chasse). De plus, des expériences montrent que l’OLED pourrait, à terme, remplacer les ampoules “normales” car l’OLED est très écologique et pourrait être utilisée comme source lumineuse…

Hakim BouarabaHakim BOUARABA

Etudiant en Master 2 Commerce électronique à l’Université de Strasbourg, je suis passionné par le domaine du numérique, les innovations technologiques et le droit de l’internet.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.