Retour sur le contrat de filière Silver économie

Le 12 décembre 2013 était signé l’ambitieux contrat de filière Silver économie traduisant ainsi l’engagement fort en conséquence des ministres Arnaud MONTEBOURG et Michèle DELAUNAY depuis 2012. L’enjeu était de créer un écosystème complet national et régional autour du concept de Silver économie pour répondre aux évolutions démographiques et sociétales, notamment en ce qui concerne la forte progression de la part des séniors dans notre société. Cela impliquera par conséquent une adaptation et une évolution dans la façon de concevoir et proposer les produits et services dédiés à la vieillesse et à l’autonomie.

Source : http://www.silvereco.fr/

Source : http://www.silvereco.fr/

La Silver économie : une véritable industrie en France au service des âgés et du vieillissement
La Silver économie est définie dans le contrat de filière comme étant l’ensemble des activités économiques et industrielles qui bénéficient aux séniors. Elle permet notamment une participation sociale accrue, une amélioration de la qualité et du confort de vie, un recul de la perte d’autonomie et même une augmentation de l’espérance de vie.

Il s’agit d’une opportunité industrielle et économique pour la France pouvant potentiellement aboutir à la création d’entreprises et d’emplois. Cette démarche permettra à terme d’optimiser l’efficience du système de prise en charge de la perte d’autonomie et de la prévention.

En outre, les avancées en matière de prévention, d’autonomie, d’amélioration du cadre de vie, ainsi que de confort sont susceptible dans l’avenir de s’adapter et de s’implanter durablement dans notre société pour tous les publics (personnes handicapées, jeunes enfants, personnes en difficulté).

« L’innovation au service de la dépendance » touche tous les secteurs
La Silver économie regroupe tous les biens et services qui peuvent être conçus dans l’ensemble de secteurs industriels.

Les industries de l’habitat (domotique, urbanisme, hébergement collectif), de la communication (réseaux sociaux, tablettes tactiles), de l’alimentation (bouchées alimentaires pour séniors), de la sécurité (gestion bureautique, mode de paiement, alarme), de la santé et e-autonomie (téléassistance, m-santé), des loisirs, du transport, de la distribution, du tourisme, sont les secteurs phares de la démarche.

Un bon nombre d’acteurs tels qu’Orange, Doro, Malakoff Médéric, Cap Digital ou Systematic, sont intéressés par ce large périmètre susceptible d’offrir de nouvelles opportunités d’affaires.

Le contrat de filière reflète donc sa richesse par sa diversité d’acteurs et de secteurs industriels et économiques concernés. La collaboration entre les différents acteurs privés et publics aboutira à l’émergence d’un véritable marché susceptible de structurer et déployer la filière Silver économie tant sur le plan régional, national et international.

Développement de la Silver économie au travers de 6 axes
Six axes se déclinant en une dizaine de « silver actions » ont  été mis en place afin d’assurer le développement de la filière et de faire face aux sept freins identifiés :

  • Créer les conditions d’émergence d’un grand marché de la Silver économie,
  • Favoriser le développement d’une offre compétitive,
  • Exporter les produits et les technologies de la Silver économie,
  • Professionnaliser les acteurs de la Silver économie,
  • Communiquer positivement sur les âgés et le « bien vieillir » auprès du grand public et des distributeurs,
  • Créer des innovations dans le champ de la Silver économie.

Où en est-on aujourd’hui dans le Bas-Rhin ?
Le conseil général du Bas-Rhin a la chance d’avoir été élu chef de file de l’action gérontologique. Ses actions vont ainsi devenir la référence nationale en matière de politique Silver économie.

Avec plus de 125 000 personnes âgées de plus de 75 ans estimées en 2030 dans le département, le conseil général a eu la volonté de frapper fort avec la mise en place d’une démarche efficace dont le double objectif est de faire face aux défis du vieillissement et de la perte d’autonomie au travers de solutions innovantes basées sur les technologies de l’information et de la communication. De plus, cela favorisera le développement économique local par la structuration d’une filière « autonomie à domicile ». Pour répondre à ces objectifs un appel à projet « TIC et santé » a été lancé en 2010 sélectionnant 7 projets lauréats. Par la suite, un dispositif d’expérimentation à grande échelle de solution de lien social a été mis en place pour tenter de limiter l’isolement social des séniors et la fracture intergénérationnelle.

Parallèlement, un réseau de démonstrateurs a été créé pour favoriser le rapprochement des entreprises qui innovent avec les particuliers et professionnels. Une exposition intitulée « l’appart à part » présentant de manière scénarisée les innovations apportées à l’habitat, a été présentée aux salons de Strasbourg, d’Haguenau et à la foire de Paris. Récemment, le Conseil général a organisé dans son hall l’événement intitulé « Carrefour de l’autonomie » afin de présenter au public les solutions innovantes à la perte d’autonomie.

« Les graines d’un vieillissement en bonne santé se sèment tôt »
Kofi Annan, Extrait d’un discours du 27 septembre 2001, à l’Assemblée mondiale sur le vieillissement

Jordan_MancelJordan MANCEL
Étudiant en Master 2 Droit de l’Économie Numérique
LinkedIn couleur

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.