Nintendo c/ PC Box : le contournement d’une mesure technique de protection n’est pas forcément illégal

Email this to someoneTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Share on LinkedIn

La Cour de Justice de l’Union Européenne (CJUE) vient donner des précisions  sur l’utilisation de mesures  techniques de protection. Par un arrêt en date du 23 janvier 2014, la CJUE considère que le contournement du système de protection d’une console pour jeux vidéo peut, dans certaines circonstances, être admis.

4e37f5d0a4467a8e6bdf193441ee79b3_large

L’affaire, originellement portée devant le Tribunal de Milan, reposait sur un contentieux entre Nintendo et PC Box. Nintendo, qui commercialise deux types de systèmes  pour jeux vidéo (DS et Wii), installe systématiquement un  système de reconnaissance  dans ses différentes consoles ainsi  qu’un code crypté  sur chaque support de jeux vidéo. L’objectif est  d’empêcher l’utilisation de toutes copies  illégales de jeux vidéo : ce sont les mesures techniques de protection (MTP) empêchant les jeux contrefaisants d’être lancés sur toute console Nintendo. PC Box est un revendeur de consoles Nintendo dans lesquelles sont installés divers logiciels additionnels  contournant et désactivant  les mesures techniques de protection  des  consoles.

Nintendo estimait  que les appareils de PC Box  n’avaient que pour seul but de contourner  les MTP de ses jeux.  A l’inverse, PC Box avançait  que Nintendo empêchait l’utilisation  de logiciels indépendants  permettant notamment la lecture  de films, fichiers vidéo et MP3, les logiciels  ne constituant  pas en eux-mêmes des copies  illégales de jeux vidéo. C’est face à ce contentieux que le Tribunal de Milan a, le 26 juillet 2012, posé deux questions préjudicielles à la CJUE  afin de déterminer  l’étendue de la protection juridique dont Nintendo peut se prévaloir au titre de la directive sur l’harmonisation du droit d’auteur (Directive DADVSI 2001/29/CE) afin de lutter contre le contournement des mesures techniques mises en place.

La CJUE estime ainsi dans un premier temps, qu’en tant que création intellectuelle complexe propre à leur auteur, les programmes d’ordinateur originaux (jeux vidéo) sont protégés par le droit d’auteur visé par la directive. Ainsi, les MTP mises en place par Nintendo et incorporées dans les supports physiques des jeux vidéo et dans les consoles  sont des mesures techniques efficaces au sens de la directive.

Dans un second temps, la Cour considère cependant qu’une telle protection juridique contre les actes non autorisés par le titulaire des droits d’auteur doit nécessairement respecter le principe de proportionnalité. Les MTP ne doivent donc pas interdire les dispositifs qui ont, sur le plan commercial, un but ou une utilisation autre que de faciliter la réalisation de contrefaçons au moyen du contournement de la protection technique.

La CJUE tranche donc de manière pragmatique la question de la portée de la protection juridique contre le contournement des MTP destinées à protéger le droit d’auteur et les droits voisins. Aux juridictions nationales de s’interroger sur le but des dispositifs prévus pour le contournement des MTP ainsi que sur la finalité de leur utilisation plutôt que sur l’utilisation des consoles définie par le titulaire des droits d’auteur.

 Source : CJUE, 24 janvier 2014 C-355/12 – Curia Europa

 

11Ludovic POIDEVIN

Étudiant en Droit de l’économie numérique passionné par le Droit de la propriété intellectuelle, la protection des données personnelles et les nouvelles technologies.
LinkedIn couleur logo Twitter couleur Logo mail couleur

Email this to someoneTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Share on LinkedIn

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *