Darknet, entre liberté d’expression et cybercriminalité

Email this to someoneTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Share on LinkedIn

Le web, cela parle à tout le monde, nous le connaissons en long, en large en travers. Un lieu de liberté dit-on, mais est-ce vraiment le cas ?
Le darknet ou deep web sont les faces cachées d’internet. Ceux-ci riment souvent avec cybercriminalité et font écho à la cyber-censure et à la liberté d’expression.

INFO-Deep-web-3

Le deep web

Il se constitue de toutes les pages internet qui refusent une indexation par les moteurs de recherche, ou qui, par exemple, ont subi une erreur technique et de ce fait sont inaccessibles.
Quand on parle de deep web, on parle aussi du gouvernement, des scientifiques ou encore des journalistes qui utilisent ce moyen pour s’échanger librement des messages. Les conversations dans ce cas ne sont pas anonymes, mais cryptés. Cela leur permet de ne pas être lu de la plupart des internautes.

Le darknet

Le darknet, quant à lui, fut inventé il y a une dizaine d’année par l’armée américaine pour sécuriser ses connexions. Ainsi les messages top secret ne pouvaient pas être interceptés.

Avant, le darknet comprenait les réseaux qui n’étaient pas en relation avec l’ARPANET (l’ancêtre d’internet). Plus largement, aujourd’hui le darknet se constitue de réseaux non-accessibles publiquement. La connexion se fait entre pairs de confiance. Dans ce cas, les adresses IP ne sont pas dévoilées, les connexions sont anonymisées.

Avec l’affaire PRISM qui a éclaté il y a quelques mois, on comprend bien l’enjeu cet anonymat. Internet n’est pas la zone de libre expression que l’on s’imaginait, et on peut être espionné à tout moment.

Pour avoir accès à une page du darknet il faut deux choses. La première, se munir d’un navigateur spécial tel que Tor. La deuxième, connaître l’adresse de destination. Sans celle-ci vous ne trouverez pratiquement rien. En effet, sur le darknet les moteurs de recherches sont presque inexistants.

 

Il y a deux domaines d’utilisation du darknet :

La liberté d’expression

Il est d’abord utilisé pour contrer la cyber-censure gouvernementale. En effet, la cyber-censure interdit tant aux journalistes qu’aux citoyens d’évoquer des sujets sensibles que les autorités ne comptent pas faire parvenir à la connaissance des milliers d’internautes.

Le darknet a ainsi permis l’émergence de nombreux groupes défendant la liberté d’accès à l’information. Des journalistes sont ainsi formés par Reporters sans frontières aux pratiques du darknet pour leur permettre d’exercer leur liberté d’expression.

Mais aujourd’hui, le darknet n’est plus seulement utilisé comme un outil en faveur de la liberté expression.

La cybercriminalité

Le darknet est aussi, du fait de l’anonymat qui y règne, un lieu de prédilection pour les malfrats. Pédophilie, trafic d’armes, trafic de drogues, voilà son côté sombre.

Cette zone de non-droit est traquée par les services de police spécialisés qui la connaissent bien. Seulement il leur est bien difficile de fermer des sites ou de trouver les consommateurs qui s’approvisionnent grâce au darknet.

Le FBI, après plus de deux ans d’enquête, a néanmoins réussi à fermer le site « The Silk Road » et ont arrêté le fondateur présumé. Ce site proposait à la vente des dizaines de drogues en toute liberté.

Cependant le darknet et ses codes ont été bien appris par les malfaiteurs. Il n’a donc pas fallu attendre longtemps pour que d’autres sites clandestins prennent la place de « The Silk Road »

Au final, le darknet balance entre défense des libertés fondamentales et pratiques illégales. Ce qui est certain c’est que le darknet est le lieu pour répondre à l’interdit. La cyber-censure y est malmenée tout autant que le code pénal. 

 

melissa

Mélissa PEREIRA
Etudiante en M2 Gestion et Droit de l’économie numérique. Passionnée par les problématiques des droits de la personnalité et de propriété intellectuelle liées au numérique.
LinkedIn couleur

 

 

Email this to someoneTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Share on LinkedIn

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Pomaro dit :

    Bonjour j’aimerais beaucoup communiquer avec vous sur le darknet sachant que je suis en 1er ES et que j’ai choisit de parler du Darknet pour mon sujet de TPE et j’ai grandement besoin d’aide merci de votre réponse et de votre temps

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *