Google nous propose un service de gestion de données personnelles après la mort

Alors que Google est actuellement en froid avec les CNIL européennes sur les conditions de traitement des données personnelles, l’entreprise prend les devants sur le projet de règlement européen relatif à la destruction et à l’anonymisation des données personnelles à travers le lancement de son nouveau service «  Inactive account manager ».

Google

Source : omgdroid.com

Le gestionnaire de compte inactif de Google va servir aux utilisateurs à prévoir le devenir de leurs données suite à leur mort. L’utilisateur a la possibilité soit de demander l’effacement de ses données soit de les transférer à un « héritier » qu’il aura choisi. Il pourra choisir un délai d’inactivité avant que l’opération soit effectuée qui sera de 3, 6, 9 ou 12 mois. Afin de réaliser ce « testament virtuel », Google vérifiera le décès de la personne en lui envoyant un SMS ou un e-mail. Si ce dernier ne répond pas, les données seront envoyées ou effacées. Depuis quelques temps, on a vu ce genre de service se développer avec notamment Legacy organiser, une application pour les appareils Apple, Bcelebrated, où l’on peut faire des recueils de documents numériques qui seront envoyés à des « héritiers » à notre mort, ou encore Dead man’s switch qui propose le même principe mais avec des e-mails.

Inactive account manager anticipe un projet de règlement européen qui vient encadrer les données personnelles et le droit à l’oubli. Quelques secteurs professionnels se sont déjà exprimés en sa défaveur, à l’instar de certains lobbies qui dénoncent la « complexité et le coût » de l’oubli. On peut également citer l’association des archivistes français qui compte à ce jour plus de 40 000 signatures sur leur pétition contre le projet. Cependant, l’Union européenne n’est pas prête d’abandonner l’idée du droit à l’oubli, ce qui met Google dans une position avantageuse.

Google prend aussi de l’avance et propose un service supplémentaire par rapport à son rival Facebook. Google joue également sur le fait que Facebook a pu subir beaucoup de reproches par rapport à son absence de gestion efficace des données personnelles post mortem.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *