Le « Liberator » et le département d’Etat Américain

Cody Wilson, étudiant en droit à l’Université de Texas, a récemment tiré avec succès et pour la première fois, avec un pistolet créé grâce à l’utilisation d’une imprimante 3D.

liberatorWilson est le propriétaire de la firme « Defense Distributed » basée au Texas. La firme est à l’origine de l’impression en 3 dimensions du « Liberator », un pistolet 9 mm.

Le département d’Etat étasunien a instigué la firme à supprimer les notices explicatives qui exposent le processus à suivre afin d’imprimer des armes à l’aide d’imprimantes 3D.  L’institution étatique a argumenté que le document en question pouvait contenir des informations réglementées qui relèvent de la compétence du département d’Etat.

Le droit à l’oubli n’existant pas sur la toile, même si Wilson a obtempéré, ces archives continuent à circuler sur des sites web tels que « The Pirate bay ».

Selon l’entreprise dirigée par Wilson, le dossier en question aurait été téléchargé 100 000 fois durant les deux premiers jours de disponibilité en ligne. Le plus grand nombre de téléchargements provient de l’Espagne suivie des Etats-Unis, du Brésil, de l’Allemagne et du Royaume-Uni.

Wilson souhaite obtenir une licence octroyée par le bureau de l’Alcool, du Tabac et des Armes à Feu, l’autorité compétente aux Etats-Unis pour produire et commercialiser l’arme légalement.

Il convient de se demander comment l’Etat américain va encadrer la pratique de l’impression d’armes en 3D.

source de l’image : http://www.forbes.com/sites/andygreenberg/2013/05/05/meet-the-liberator-test-firing-the-worlds-first-fully-3d-printed-gun/

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.