Qwant : Une startup française qui chasse sur les terres de Google

capture d'écran

capture d’écran

Un nouveau moteur de recherche vient d’apparaître… et il est français ! Cela ne veut pas dire qu’il est centré sur l’hexagone. Contrairement à beaucoup de start-ups françaises, le nouveau moteur de recherche vise le monde dès sa lancée. Et la preuve, le moteur est déjà disponible en quinze langues.

Mais que présente-t-il de particulier ? Google possède une part de marché à faire pâlir n’importe lequel de ses concurrents, Bing ou le plus confidentiel Duck Duck Go, Qwant a quelque chose à offrir cependant. Lorsque nous accédons à la page d’accueil, rien de spécial. La sobriété, dans la même verve que Google qui a su tirer pleinement de son interface épurée, une recette au poil. Une fois la requête lancée, l’on se trouve devant cinq colonnes, chacune ayant leur intérêt.

Une première colonne vous présente des résultats tels que ceux que vous obtenez avec un moteur de recherche classique, mais la force de Qwant réside dans les quatre autres colonnes. Une colonne sur les actualités, une présentant le personnage/concept/bâtiment…, une sur les médias sociaux et la dernière sur le e-commerce relié à la requête. En hauteur se trouvent les vidéos.

Bien entendu, comme Qwant joue sur l’interface, il est possible de changer ces colonnes en mosaïque, en présentant uniquement les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Google +, Viadeo, Linkedin) et enfin une présentant le contenu multimédia. Le concept est particulièrement intéressant.

Le site est en version bêta et demande encore certains réglages. Dans un souci de sortir le concept en premier, l’algorithme utilisé par le site est le même que celui de Bing, le moteur de recherche de Microsoft. Des bannières de publicité, source de revenus du moteur (on ne change pas une équipe qui gagne…) devraient faire leur apparition.

Bien sûr, certains autres moteurs ont apporté des nouveautés et la recherche sur internet tend vers la recherche sémantique. Parmi les atypiques, nous pouvons citer Wolfram Alpha, qui, si vous lui demandez si son but est d’éliminer la race humaine, vous répondra qu’il a pour but de répondre aux requêtes de l’homme, non pas de l’éliminer. Parmi les autres, Ethicle reverse une partie de ses ressources à des associations caritatives. Duck Duck Go, cité précédemment, n’utilise pas de cookies, ce qui l’empêche de vous donner les meilleures réponses, mais l’empêche également de vous tracer.

Le fait d’utiliser l’algorithme de Microsoft a été critiqué par plusieurs, mais Qwant a décidé dans sa stratégie de passer avant les autres idées pour marquer chacun d’entre nous. Seul l’avenir nous dira si le site au sigle multicolore aura gagné son pari. Les exemples précédents montrent qu’une petite part de marché peut suffire pour survivre face à l’audience impressionnante de Google.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.