Une connexion lumineuse : le LiFi (Light Fidelity)

Email this to someoneTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Share on LinkedIn

Grâce aux progrès fulgurants du développement des LED, des chercheurs ont mis en place un procédé de transmission de données par la lumière.

« On fait du morse à très haute fréquence. Quand c’est allumé c’est un 1, éteint un 0. Et comme le numérique, ce sont des 0 et des 1, on peut transmettre du son, de l’image et Internet », explique Suat Topsu, chercheur à l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines et fondateur de la start up Oledcom.

Le principe est simple: Une lumière est allumée (1) ou éteinte (0). Au-delà d’une certaine vitesse, le cerveau humain ne perçoit pas les changements. Il est donc possible d’obtenir un éclairage « traditionnel » tout en faisant clignoter des LED. Le flux lumineux transmet alors une suite de 0 et 1 très rapidement. En multipliant le nombre d’émetteurs (les leds) et de récepteurs, on obtient des débits de transfert de données important.

Des prototypes ont été présentés lors de l’évènement LeWeb qui s’est tenu à Paris le 4,5 et 6 décembre derniers.

Les avantages de la technologie sont nombreux. Tout d’abord, elle ne nécessite pas l’utilisation d’une bande de fréquences payante au niveau mondiale. Ensuite elle permet un contrôle de la diffusion en dirigeant la diffusion du flux lumineux vers un point précis. Aussi elle ne produit pas d’interférences électromagnétiques et conviendrait donc dans des endroits sensibles tel que les avions ou les hôpitaux. Elle a également comme avantage de faciliter l’accès dans la mesure ou la technologie est basique : il n’y a pas de problème de sécurité ou de mot de passe.

Sa vitesse de connexion théorique (testée en laboratoire) est de 800 mbps contre 100 mbps en moyenne pour le WiFi.
Enfin elle permet la géolocalisation à l’intérieur des bâtiments sans gsm ni WiFi.

Quelques inconvénients sont tout de même à relever. En effet, il faut avoir une bonne visibilité entre l’émetteur et le récepteur.  Si quelque chose vient masquer la lumière, la connexion est coupée.
Cette contrainte implique aussi que la communication ne peut se faire que dans une même pièce mais cela peut également être un avantage quant à la sécurité de la communication.
De plus, il faut connecter les ampoules au réseau. Pour ce faire, le CPL (courant porteur en ligne) paraît être la solution la plus adaptée.

Une technologie prometteuse à suivre !

Email this to someoneTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Share on LinkedIn

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *