Les aspects juridiques de la consumérisation des équipements IT par le salarié

Il arrive très souvent que le salarié qui fait du  télétravail utilise son matériel personnel. En pratique, la mise à disposition par le salarié de son propre équipement peut entraîner de très nombreux problèmes difficiles à résoudre.

En terme  technique tout d’abord, une nouvelle architecture : failles de sécurité potentielle, apport de virus, sauvegarde très difficile.

Ensuite, le mélange de l’activité professionnelle et personnelle rend assez floue l’organisation du travail et bien évidemment la possibilité de contrôler les différents équipements du travailleur.

On  n’est pas uniquement dans un problème de télétravail ou d’ <<anywhere>>, on est il s’agit ni plus ni moins dans une unité privée et professionnelle qui se mélangent au service de l’employeur mais aussi du salarié entraînant ainsi des problèmes d’assurance, des problèmes de contrôle d’accès, des problèmes d’activités. Tous ces mélanges de questions  juridiques dont la confidentialité, les détournements de savoir- faire ou de la fraude organisée sont des illustrations de ces difficultés. Mais au-delà de l’angoisse sur le plan juridique, il y a bien évidemment un gain très important parce que le rapport émotionnel avec ces équipements est mit à la disposition de l’employeur qui ne fait plus les investissements associés. Sachant qu’on a aujourd’hui  à domicile des équipements qui sont bien plus puissant que ce que l’on trouve dans les lieux de travail. Mais il n’en demeure pas moins que le salarié trouve aussi son compte car cela lui permet de joindre l’utile à l’agréable. En d’autre terme  c’est à lui de savoir gérer son temps pour pouvoir être productif pour son employeur mais aussi profiter du temps qu’il passe à son domicile. Tout cela dans un équilibre total.

Au vu de tout ce qui vient d’être dit, force est de constater que les deux parties au contrat tirent des avantages du télétravail même s’ils ne sont pas toujours du même ordre.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. A. Klein dit :

    … pratique également dénommée “BYOD” (Bring Your Own Device) posant, notamment les questions de la responsabilité du DSI et de l’application du droit du travail. Un acronyme mais surtout un sujet qui créent le buzz en ce moment. Pour information, le CLUSIF a mené une conférence très récente (2 mai 2012) sur ce thème. http://www.clusif.asso.fr/fr/production/ouvrages/pdf/CLUSIF-2012-Byod-Synthese.pdf

  2. lmoro dit :

    Je crois aussi que c’est un sujet qui est d’actualité et qui mérite d’être traité et surtout et bien compris par tous les acteurs: tant les employeurs que les salariés.Il est évident que l’application du droit du travail doit être pris en compte comme pour le salarié en entreprise, car le risque très souvent est que les droits du salarié travaillant à domicile soient négligés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.