Harry Potter va-t-il révolutionner le marché du E-book ?

Après avoir bouleversé le paysage éditorial traditionnel, Harry Potter s’apprête à recommencer sur le marché du livre électronique.

Après avoir pendant longtemps refusé de céder les droits numériques des aventures du jeune sorcier, un format numérique de la série a été lancé via un service de vente inédit. En effet, pour commercialiser la saga en format électronique, J.K.Rowling n’a pas suivi le processus habituel.

Elle s’est affranchie de son éditeur et des majors de la distribution comme Apple, Amazon ou encore Sony qui mettent en vente des e-books spécifiquement compatibles avec leurs tablettes ou liseuses (l’Apple Store pour l’iPad, Amazon pour le Kindle, …), en créant son propre service par l’intermédiaire du site Pottermore qui propose, en exclusivité, la version numérique  des différents tomes de la saga la plus vendue au monde (450 millions d’exemplaires). Grâce à ce système, nul besoin de verser de commission à l’éditeur ou à un distributeur. Les bénéfices reviendront presque entièrement à l’auteur des best-sellers, et représente une opportunité incroyable pour développer de nouveaux produits autour de la marque.

Mais ce modèle apporte une autre révolution qui va plus loin encore, c’est la première fois qu’un phénomène aussi populaire est disponible sur une variété de supports. En effet, ces E-books sont compatibles sur la quasi-totalité des ordinateurs, tablettes, liseuses et Smartphones, y compris l’iPhone et l’iPad. Tout un système qui se trouve donc bouleversé.

Une fois acheté pour un tarif de huit à dix dollars le tome, les aventures d’Harry sont partageables sans les restrictions et verrous traditionnellement imposés par les éditeurs pour empêcher le piratage des livres, mais aussi pour contraindre le consommateur à acheter ses e-books sur la plateforme qui correspond à sa liseuse. La seule protection est un logo en filigrane, qui permet d’identifier le détenteur original de l’e-book et de discerner d’éventuels abus. Le clan Potter estimant en effet, qu’il est inutile de se lancer dans une lutte perdue d’avance contre le piratage, l’œuvre de J.K.Rowling étant déjà l’une des plus piratées au monde, alors qu’aucune offre numérique légale de l’œuvre n’était jusqu’à aujourd’hui en distribution.

Si ce système apparait comme une véritable aubaine pour les gros succès commerciaux, il semble cependant difficile à transposé pour des œuvres plus modestes.

Sources : http://www.lefigaro.fr/livres/2012/03/28/03005-20120328ARTFIG00504–harry-potter-revolutionne-le-marche-du-livre-electronique.php

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.