Les déboires du 4è opérateur téléphonique français

Après des débuts en fanfare, avec plusieurs centaines d’abonnements contractés, l’opérateur free mobile qui avait réussi à effrayer les opérateurs mobiles classiques grâce à ses forfaits à 2 euros et à 19 euros  par mois connait quelques couacs. Si la lenteur de la portabilité du numéro n’était pas de son fait, les derniers incidents sur le réseau de Free Mobile ne laissent personne indifférent et c’est maintenant l’UFC Que Choisir qui a décidé de s’en mêler.

En effet, en plus de tous les problèmes que connait free mobile aujourd’hui, à savoir des problèmes de réseau empêchant les clients de passer et/ou recevoir des appels, voilà que l’association de consommateur UFC Que Choisir a mis en demeure Free Mobile en lui réclamant « d’informer sa clientèle et de lui offrir une indemnisation après une série de pannes et de dysfonctionnements ». Les incidents des 2 et 20 mars, tout comme les problèmes de réseaux quotidiens en soirée ont poussés l’association à réclamer des comptes à Free Mobile, une décision qu’on ne peut qu’approuver suite au mutisme de l’opérateur qui n’hésitait pourtant pas à s’afficher dans les médias avant et après son lancement pour vanter les mérites de ses offres et fustiger ses concurrents. Certains clients ont commencé à quitter Free à cause de tous ces problèmes.

Le président de l’Autorité des télécoms (Arcep) Jean-Ludovic Silicani a affirmé que les pannes du réseau de Free provenaient “surtout de  difficultés techniques liées à l’interconnexion entre les réseaux de Free et d’Orange”. Orange a le jour même vertement décliné “toute responsabilité dans les dysfonctionnements” de Free.

 

Furieux de se retrouver mis en cause, l’opérateur historique a même menacé de suspendre son contrat d’itinérance avec Free “si des incidents sur le réseau de Free Mobile devaient affecter la qualité de service” de ses propres clients.

Ainsi, force est de constater que les problèmes du nouvel arrivant sur le marché de la téléphonie mobile sont loin d’être terminés. Sans compter le fait qu’il doive lutter pour se maintenir sur un marché largement disputé entre les opérateurs historiques et les opérateurs low cost. Bien qu’il ait réussi à y entrer.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.