Cybermenaces : le « scam » sous toutes ses formes

Internet est devenu un espace formidable et incontournable pour ses millions d’utilisateurs mais également une mine d’or pour les arnaqueurs qui ont su déceler les failles d’internet.

Lequel d’entre nous n’a pas au moins une fois reçu un sms ou un email nous désignant comme l’heureux gagnant d’un voyage, d’un Ipad ou d’un gros chèque ? Voilà les nouvelles tendances en matière d’arnaques.

Déjà répandues depuis 2008, nous les découvrons sous un nouveau jour avec des messages capable de convaincre les plus avertis.

Tout commence par  un email gentiment déposé dans notre messagerie pour nous annoncer une bonne nouvelle comme un héritage ou la victoire à un concours. La victime est dès lors invitée à fournir soit des informations confidentielles (numéro de compte pour déposer les fonds), soit à payer des frais avant de pouvoir toucher son dû.

Il faut alors envoyer un chèque ou effectuer un mandat cash à une adresse le plus souvent située à l’étranger. Sans doute attirés par l’appât du gain, quelques internautes franchissent le pas et envoient ce chèque en espérant un ROI conséquent. Cette technique est désormais très connue et bon nombre d’internautes ne sont plus dupes.

Mais les dommages sont déjà très importants, en effet les pertes au niveau mondial seraient estimées à 6,7 milliards d’euros en 2009.

Les « arnaqueurs » ont cependant trouvé une parade avec un moyen plus subtil qu’est l’envoi de sms ou l’appel en absence ; ce type d’arnaques est plus « local ». Le message envoyé peut être très explicite « félicitations vous avez remporté… ». Mais d’autres fois rédigé de façon tout à fait anodine avec un sms disant « rappelle moi je n’arrive pas à te joindre. Signé X» avec une demande de rappel vers un numéro le plus souvent surtaxé (0899 …). Dès lors le correspondant sera « injoignable » ce qui incitera certains à renouveler leur appel et donc épuiser leur forfait.

Les opérateurs réagissent par rapport à ce phénomène et il existe un dispositif de signalement en France consistant à transférer le message frauduleux à un numéro spécial le 33700.

Mais le meilleur moyen reste sans doute de ne jamais donner suite à ce genre de messages, que ce soit sur Internet ou par SMS et de les supprimer dès leur réception.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *